Appareils portables en classe : la crainte des caméras

Lors d’un atelier de discussion sur les appareils portables en classe que j’ai co-animé avec Lucie Gagnon, les participants ont exprimé deux idées que nous n’avions pas pensé aussi préoccupantes pour eux. D’abord, s’il acceptent que l’ordinateur portable puisse être un outil de travail en classe, il considèrent les téléphones cellulaires et autres petits appareils du genre comme des nuisances, d’autant plus qu’ils peuvent difficilement être justifiés comme étant des outils de classe. En deuxième lieu, ce sont surtout les caméras sur les portables et autres appareils mobiles qui les inquiètent. Leur crainte de voir des séquences filmées en classe à leur insu est bien sûr augmentée par la facilité avec laquelle les vidéos peuvent être diffusées. Et tous sont conscients qu’une fois la vidéo publiée sur Internet, même en la faisant retirer du site original, elle peut très bien avoir été copiée par de nombreuses personnes continuer à circuler par divers canaux.

C’est une chargée de cours qui a lancé le sujet des caméras en racontant sa propre expérience. Un étudiant avait filmé une activité où chacun des participant devait personnifier et représenter les croyances et rituels d’une religion. Dans le contexte de la classe, où elle cherchait à faire expérimenter ses étudiants avec le droit de se tromper, c’était un exercice très formateur. Cependant, elle a eu une frousse immense que si la vidéo était diffusée sur Internet par extraits décontextualisés, des groupes religieux se sentant mal représentés pendant ce petit théâtre pédagogique ne montent aux barricades, mettant en jeu la réputation de l’institution. Sans raconter toute l’histoire (ça serait trop long), il semble que cela ait été évité. Mais la chargée de cours y a vu un signal d’alarme.

Les enseignants craignent de ne pas avoir beaucoup de recours sur cette question. Ils ont exprimé le souhait d’un ajout au règlement des études interdisant formellement de filmer en classe sans autorisation avec des sanctions sévères pour les contrevenants. Leur crainte est aussi bien personnelle : ils ne voudraient pas voir une séquence de leur cours mise en ligne pour les ridiculiser publiquement en choisissant des extraits spécifiques ou en faisant des montages qui les font mal paraître.

Livres numériques : le lecteur est-il perdant?
Interne : Survol de réglementations universitaires en lien avec l'utilisation d'appareils mobiles

Commentaires

  1. J’ai assisté à cet atelier et je dois avouer avoir mis le feu aux poudres en ouvrant la discussion davantage sur la question de l’utilisation des téléphones cellulaires et les appareils soi-disant « intelligents » (iPhone, Android et autres)… Un professeur a aussi évoqué le besoin de voir émerger un sens de l’éthique chez les étudiants et du respect mutuel dans le contexte d’un cours en classe. Bravo à Lucie et Eric qui ont réussi à faire en sorte que les échanges soient intéressants!

Exprimez-vous !

*