Préparer les étudiants à une carrière à l’épreuve de l’automatisation

Comment préparer les étudiants à une carrière pouvant s’arrimer aux progrès technologiques et ainsi mieux résister à l’automatisation?

Une infographie interactive produite par Bloomberg à partir des plus récentes données issues d’études du Bureau of Labor and Statistics aux États-Unis tente de prédire les emplois les plus à risque d’être automatisés.

Voici un aperçu du graphique (consultez le site de Bloomberg pour avoir accès aux éléments interactifs du graphique):

Find Out If Your Job Will Be Automated, par Mark Whitehouse and Mira Rojanasakul. Bloomberg, 7 juillet 2017.

Sans grande surprise, l’obtention d’un diplôme universitaire tend à diminuer globalement la probabilité que son emploi soit automatisé, et davantage si l’on obtient une maîtrise ou un doctorat.  Toutefois, ce ne sont pas tous les étudiants qui pourront poursuivre des études universitaires.  Qui plus est, ce ne sont pas tous les emplois nécessitant un tel diplôme qui jouissent de la même protection.  Parmi les emplois les plus vulnérables, notons les postes dans les domaines de l’administration et de la gestion, du droit, ainsi que certaines spécialités telles que l’informatique (soutien aux postes de travail et programmeurs) et certains emplois à caractère technique dans les domaines du génie et des sciences de la santé.

Le constat étant fait, quelles stratégies peuvent être envisagées pour préparer ces étudiants à un futur incertain?  Les auteurs d’un article sur le site EdTech proposent 4 éléments de réponse:

  1. Utiliser les données pour préparer les étudiants et les aider à obtenir du succès à l’université: certaines écoles ont mis en place des outils leur permettant de détecter de façon précoce les difficultés vécues par leurs élèves et intervenir au bon moment pour prévenir un échec.  Les analytiques pourraient donc devenir de puissants outils de prévention.
  2. Considérer des alternatives à l’obtention d’un diplôme universitaire: par exemple, des formations à caractère technique combinant des connaissances des systèmes facilitant l’automatisation et l’adaptation aux besoins de l’industrie.
  3. Enseigner les compétences de haut niveau: en combinant des compétences liées à la maîtrise de certaines technologies mais également des habiletés de communication écrite et verbale, de résolution de problèmes complexes et de pensée critique permettant de s’adapter rapidement à de nouvelles situations.
  4. Faciliter les partenariats entre les programmes de formation et les employeurs.

Sources:

Cortez, Meghan Bogardus. 4 Tips to Prep Students for Careers That Won’t Be Automated. EdTech Magazine, 1er septembre 2017.

Riddell, Roger. Automation-proofing students requires more of schools, districts. Education Dive, 5 septembre 2017.

L'Université de Nantes partenaire Netflix dans un projet d'amélioration vidéo
Collaboration entre IBM et MIT pour le développement de l'intelligence artificielle

Commentaires

  1. Marc Couture a écrit:

    Joseph E. Aoun, président de la Northeastern University, a été interviewé sur le sujet en lien avec son livre intitulé « Robot-proof: Higher Education in the Age of Artificial Intelligence » (https://mitpress.mit.edu/books/robot-proof). À lire!

    https://www.insidehighered.com/news/2017/09/12/author-discusses-new-book-about-making-college-graduates-robot-proof-era-artificial

Exprimez-vous !

*