Station F: incubateur géant pour la région parisienne

Suggéré par ma collègue Francheska Gaulin.

La mode est à l’entrepreneuriat dans les universités, notamment dans les écoles de gestion et d’ingénierie.  On apprend que « 65 % [des grandes écoles de France] disposent d’un incubateur, en propre ou partagé », mais « doivent avant tout définir leur modèle : fermé, « au bénéfice des seuls étudiants et alumni », ou ouvert, en vue de « diffuser les compétences au sein de l’écosystème ». Et décider de leur positionnement : pré-incubation, incubation ou développement de l’entreprise. » (Makary, 2017)

En parallèle, des service privés s’organisent…  Fin juin 2017, en présence du Président de la république Emmanuel Macron, on inaugurait Station F, un « campus de start-ups » (destiné à accueillir 3000 jeunes pousses), incubateur de 34 000 mètres carrés [la Tour Eiffel couchée!], ouvert 24 h/24, 7 jours/7, situé dans le 13e arrondissement à Paris.

L’idée de Xavier Niel, son concepteur – et cerveau derrière l’École 42 dont nous vous avons déjà parlé – est de « rassemble[r] tout un écosystème entrepreneurial sous un seul et même toit ». En un lieu, on trouvera tout ce dont une jeune pousse a besoin pour se développer:

  • 3000+ stations de travail dans la zone start-up
  • de gigantesques open spaces
  • 60 salles de réunion
  • 26 programmes d’accompagnement de start-up internationaux
  • 1 makerspace/ fablab pour le prototypage
  • 1 restaurant, 4 cuisines, 1 café, 1 bar
  • 8 espaces événementiels (juste l’équipe permanente de Microsoft installée sur place compte en organiser 200 par année!)
  • des géants du numérique (Facebook, Microsoft, Vente privée, Ubisoft, Amazon Web Services…),
  • des spécialistes de l’entrepreneuriat (« de nombreux business angels et des fonds d’investissement (Daphni, Kima Ventures, etc.) »
  • « plusieurs établissements d’enseignement supérieur, notamment de grandes écoles »: HEC, l’Edhec, l’IFM (Institut français de la mode), Télécom ParisTech…
  • « des services administratifs […](bureau de poste, banque, BPI France, Cnil) »

Résumé: « On devrait presque pouvoir aller à la Station et créer son entreprise sans en sortir », récapitule en souriant Jean-Michel Ledru, directeur d’Edhec Young Entrepreneurs ».

Un autre objectif est de maximiser les échanges de façon à ce que les start-ups puissent devenir clientes des grands groupes, alors que ces derniers « pourraient également devenir de potentiels clients pour les jeunes pousses de la Station F. Et, pourquoi pas, des partenaires en matière de codéveloppement ou de financement » (Peltier, 2017, gras dans le texte original).

De tels espaces ont également des objectifs pédagogiques: ils permettent de sensibiliser les étudiants à la réalité des start-ups et de mettre en contact étudiants et jeunes entrepreneurs dans des rapports gagnants-gagnants:

« …Les écoles construisent de nombreux ponts entre leur offre de formation et leur structure d’aide à la création d’entreprise. Plaçant leur incubateur au cœur de la pédagogie. […] De la découverte en cours au passage à l’action, il n’y a parfois qu’un pas. […] « …La création de l’incubateur nous permet de fournir aux élèves motivés tout le nécessaire pour passer de l’idée au projet d’entreprise » [Christophe Baujault, directeur de l’ECE, gras dans le texte original].  (Authemayou, 2014)

Sources:
Authemayou, Céline, « L’incubateur, un outil pédagogique« , Educpros.fr, 4 avril 

Makary, Laura, « Incubateurs : les grandes écoles s’interrogent sur le modèle à adopter« , Educpros.fr, 5 avril 

Peltier, Cécile, « L’enseignement supérieur monte dans le train de la Station F« , Educpros.fr, 3 juillet 2017

Le combat quotidien pour conserver l'attention des étudiants distraits par leur téléphone
"Removed": réfléchir en photos à l'impact social des appareils mobiles

Exprimez-vous !

*