Le design thinking en soutien aux secteurs communautaire et éducatif

La presse publiait le weekend dernier un article qui va dans plusieurs directions mais qui montre bien que le design thinking touche encore d’autres secteurs d’activités que ceux que nous avions recensé dans le Perspectives SSF de mai 2017.  Alors que nous constations notamment la popularité de cette approche dans les grandes écoles françaises (gestion, ingénierie), la journaliste Sylvie St-Jacques interroge des universitaires et des praticiens qui l’appliquent à l’agriculture, aux services sociaux, aux transports, au développement international, au développement personnel, dans les écoles et en soutien auprès des personnes aînées.

Elle interview par exemple Jeanne Liedtka, professeure d’administration des affaires à l’Université Darden, en Virginie, co-auteure de Design Thinking for the Greater Good: Innovation in the Social Sector (Columbia University Press, 2017).  Pour elle,

«Dans un monde globalisé, l’accès aux technologies permet aux gens de former des groupes, de verbaliser des idées, de trouver leur voix. Mais cela pose aussi le défi d’apprendre à travailler avec la diversité. Le design thinking, en somme, propose une technologie sociale, pour arriver à des conversations plus productives» (St-Jacques, 2017)

Elle s’entretient aussi avec Niels Billou, cofondateur de l’Institut Humanos et enseignant à l’École des dirigeants de HEC Montréal.  Ce dernier travaille avec « une commission scolaire de l’Ontario qui envisage d’ouvrir les classes du secondaire à la pensée design » (St-Jacques, 2017).

«Puisque les apprentissages pédagogiques se font sous forme de projets, ils demandent une compréhension multidisciplinaire et une recherche sous forme d’essais, de prototypes, de raffinement… Cela est intrinsèque à la pensée design, qui invite d’abord à comprendre le problème, puis à entrer en empathie, à saisir tous les points de vue, à faire un brainstorming vers un prototype et ensuite à chercher du feedback», explique [Niels Billou], qui pense que cette façon d’apprendre est «radicale et amène l’éducation dans le XXIe siècle» (St-Jacques, 2017).

La journaliste cite encore « [l]es travaux en équipe, une intégration des connaissances par l’action, des enseignements intégrés… »

Sources:

« Design Thinking for the Greater Good: Innovation in the Social Sector« , Colombia University Press, 2017

St-Jacques, Sylvie, « La pensée design pour tous« , La presse, 16 juillet 2017

Compétences pour un avenir automatisé
Départements, évaluations et admissions "holistiques"... Nouveau mot à la mode dans les universités américaines?

Exprimez-vous !

*