Les universités de l’Ontario dépendent de plus en plus des droits de scolarité des étudiants étrangers

Une enquête de CBC révèle que le financement des universités de l’Ontario dépend de plus en plus des droits de scolarité acquittés par les étudiants étrangers. Le revenu total a plus que doublé en quatre ans. Les subventions accordées par la province aux universités de l’Ontario sont essentiellement gelées depuis dix ans et n’augmentent qu’avec l’inflation, alors que les revenus associés aux étudiants étrangers ont augmenté.

Depuis six ans, le nombre d’étudiants internationaux a augmenté de 88,5 % dans la province, selon des statistiques fournies par le ministère de l’Éducation. Au cours de la même période, le nombre d’étudiants canadiens dans les universités ontariennes a augmenté de seulement 7 %.

L’effet de cet afflux est considérable : le revenu total des droits de scolarité est passé de 620 millions de dollars en 2011-2012 à 1,28 milliard de dollars en 2015-2016, année la plus récente pour laquelle les données sont disponibles.

Les demandes d’admission des étudiants étrangers ont pratiquement doublé au cours des cinq dernières années, indique le directeur exécutif des admissions pour l’Université de Toronto, Richard Levin. « Nous travaillons fort pour courtiser les étudiants à travers le monde, tout comme nous le faisons à l’intérieur du pays », précise-t-il. « Les étudiants internationaux enrichissent vraiment le campus et la vie étudiante ».

Il n’y pas à dire, avec des revenus croissants, on peut vraiment dire que les étudiants internationaux « enrichissent » les universités ontariennes.

Source : Radio-Canada, Les universités ontariennes dépendent de plus en plus des étudiants étrangers, 12 juillet 2017.

Départements, évaluations et admissions "holistiques"... Nouveau mot à la mode dans les universités américaines?
Six propositions pour accroître l'attractivité des établissements français

Exprimez-vous !

*