Traces numériques d’apprentissage contre évaluations: menace pour un autre rôle de l’enseignant?

Article court mais touffu et provocant de Denis Cristol du Thot Cursus.  Learning analytics, journaux de bord, graphes d’interactions sur les réseaux sociaux, suivis par MOOC, etc.  Après avoir évoqué de façon assez convaincante tout ce qui nous traque et nous suit dans les univers numériques, Cristol se demande si toutes ces traces d’apprentissage, accessibles à des employeurs potentiels, ne pourraient pas en venir à remplacer les examens, voire les diplômes…

« En effet, avec un usage d’Internet renforcé, chacun laisse des traces de ses activités sans qu’un évaluateur professionnel ou un intermédiaire en jauge la qualité. Ce qu’il fait est directement visible par d’autres humains, utilisateurs, clients, employeurs potentiellement intéressés par les idées, services ou propositions visibles. Les « traces numériques d’interaction » se définissent comme « une suite temporellement située d’observés, qui relève soit d’une interaction entre humains, médiatisée et médiée de diverses façons par ordinateur soit d’une suite d’actions et réactions entre un humain et un ordinateur ».(Liris CNRS)

[…]

Le fait d’être originaire d’une école prestigieuse à l’âge de 25 ans aurait ainsi moins d’impact sur la carrière que toutes les traces qui vont s’accumuler et montrer des réalisations effectives et pas seulement le prestige ou les promesses d’un diplôme. En rendant plus visible les interactions de chacun, internet affaiblit le poids et les rôles d’évaluateur professionnels dont les effets pouvaient être parfois de coller des étiquettes définitives sur des individus. » (Cristol, 2017)

Deux enjeux importants nous semblent cependant devoir être pris en compte dans cette réflexion:

  1. Quid de la vie privée?  Qui décide à qui sont disponibles ces traces? Comment un individu peut-il s’assurer que la firme X qui l’a refusé ne transfère pas ses données à la firme Y pour laquelle il postule?
  2. N’y a-t-il pas une différence assez importante entre mesurer et évaluer?  La consultation de traces permet possiblement de mesurer certains apprentissages, mais est-ce que tous sont aptes à évaluer ou à porter un jugement sur ces mesures?  Est-ce qu’il n’est pas souhaitable qu’il y ait de tels « évaluateurs professionnels » pour confirmer que certaines connaissances, compétences et aptitudes sont bien intégrées?  Est-ce que les employeurs auront vraiment envie de jouer ce rôle?  La désintermédiation (c.-à-d. la disparition d’intermédiaires) qu’amène le numérique fonctionne quand il y a un gain clair pour les parties.  Si le fait de ne plus recourir à des institutions pour les évaluer peut comporter un certain intérêt pour les étudiants (notamment au plan d’économies éventuelles), il est loin d’être sûr que ce soit le cas pour les employeurs…

Source: Cristol, Denis, « Et si les traces d’apprentissage en ligne remplaçaient les diplômes ?« , Thot Cursus, 1er juin 2017 (M.À.J.: 23 juin 2017)

La distinction entre motivation et engagement
"Créativité et enseignement", un thème populaire à l'automne 2017

Exprimez-vous !

*