Six tendances consommation pour 2009

Ce qu’il y a de chouette des débuts d’année du point de vue de la veille, c’est que tout le monde y va de ses prédictions, et ce dans les domaines les plus divers…

Ainsi, je trouvais dans le temps des fêtes cet article de Fabien Deglise sur les tendances 2009 en consommation, telles qu’entrevues par le magazine Trend Watching  (http://www.trendwatching.com/).  Les traductions sont de M. Deglise.

  • « La pragmatisation de l’objet courant, à bas prix » (Nichetributes): L’ajoût de fonctionnalités nouvelles à des objets usuels (ex: l’appareil-photo ajouté au téléphone cellulaire).
  • « Le luxe rustique » (Luxyoury): En période de récession, le luxe doit se faire plus discret. 
  • « La rétroaction 3.0. » (Feedback 3.0):  Une tendance déjà amorcée en 2007, soit le fait que les entreprises et les institutions qui se mettent complètement à l’écoute des consommateurs ont la cote.  On cite souvent Starbucks et Nike qui permettent à leurs clients de proposer des idées de nouveaux cafés ou de confectionner l’espadrille de leurs rêves… et qui répondent à ces commentaires sur leurs sites.
  • « L’assistant vert » (Econcierge):  Savings are the new green.  En période de récession, devenir écolo devient facile parce qu’économiquement rentable.
  • « La folie de la carte » (Mapmania):  Voilà qui devrait faire plaisir à Marc.  Depuis Google Maps, tout le monde cherche un « Vous êtes ici » et cette forme d’interface est en train de prendre le marché.  L’idée à retenir, c’est l’importance de fournir de l’information localement contextualisée. Trend Watching devrait d’ailleurs consacrer un « briefing » à cette thématique en début 2009.
  • « Les vraies affaires » (Happy Ending): En période de récession, les consommateurs se tournent vers les « vraies valeurs » et donc vers les entreprises et services qui peuvent leur montrer qu’elles se préoccupent de leur bien-être.

Quel rapport avec le SSF?  Disons que celles de ces tendances qui nous concernent le plus me semblent la Mapmanie et le Besoin de rétroaction, en ce qu’elles peuvent influencer la manière de transmettre de la connaissance.  Plus généralement, c’est une façon de plus de flairer l’air du temps et de mieux comprendre nos étudiants.

La diversité professionnelle - prise 2
2020: Internet mobile, tactile, omniprésent, mais pas nécessairement mieux structuré

Exprimez-vous !

*