Elle court, elle court… la captation de cours

Les universités de Lorraine et Pierre Marie Curie sont à tester des solutions vidéo de type multicaméras (CitizenCam et OmniLive) qui permettront de créer rapidement des contenus numériques à mettre en ligne.

source: site CitizenCam

Comprenons-nous bien, il s’agit ici de «captures de cours» qui rendent l’intégralité de ce qui se passe en classe, incluant les diapositives de présentation du professeur. Des contenus vidéos qui sont loin d’être «pédagogiquement efficaces» mais qui peuvent dans certains contextes être utiles. Pensons par exemple à l’étudiant qui,

  • absent pour maladie, peut visionner à distance le cours manqué;
  • en période d’examens, veut réviser la matière d’un cours;
  • confronté à des amphithéâtres bondés, préfère suivre certains cours en ligne.

Il faut dire que l’Université de Lorraine n’en est pas à ses premières armes côté vidéo.  Déjà au tournant de 2010, elle était du nombre des participants à un projet paneuropéen, soutenu par le programme Life Long Learn («La délicate question de la vidéo en enseignement»). C’est à cette époque aussi que l’Université de Sherbrooke testaient des solutions comme Kaltura et osTube («La plateforme de vidéo en ligne Kaltura s’intègre à Moodle»).

«L’université de Lorraine considère ce nouveau service comme complémentaire de son offre de multidiffusion de la Paces (première année commune aux études de santé) et de son « studio-professeur », une salle d’enregistrement où les enseignants créent leurs propres ressources pédagogiques. Notre stratégie est d’utiliser l’audiovisuel à plusieurs niveaux de service, décrit Rafael Cabrera. L’accord-cadre avec CitizenCam correspond à une utilisation au quotidien, avec un ratio intéressant entre le coût global et la qualité de la prestation».

La vidéo est certes un médium intéressant en formation, mais plusieurs facteurs interviennent lorsqu’il s’agit de la capturer (autorisations, prise de vues, sonorisation…), de la stocker (gestion de fichiers, quantité à archiver…), de la rendre disponible et de la diffuser (serveur, accès,…). Pour toutes ces raisons, plusieurs institutions d’enseignement sont toujours en quête d’une solution qui répondrait à leurs besoins au meilleur coût.

*La solution retenue à l’Université de Lorraine coûtera près de 20 000 euros, soit plus de 30 000$ dollars canadiens, pour chaque salle équipée.

Sources

Philippe Bohlinger, «La vidéo à la demande conquiert l’université», ÉducPros, 9 mai 2017.

Chamberland, Éric, «La plateforme de vidéo en ligne Kaltura s’intègre à Moodle», L’éveilleur, 31 mars 2010.

Gaulin, Francheska, «Norvège: la capture de cours se répand comme une traînée de poudre», «La délicate question de la vidéo en enseignement» et «Pour gérer ses contenus vidéos l’Université de Bristol choisit Mediasite», L’éveilleur, 6 février 2013, 3 juin 2014 et 6 février 2015.

Juxtaposition de photos et développement de ressources numériques interactives
Un salmigondis d'applications de l'intelligence artificielle en éducation

Exprimez-vous !

*