Intégrer l’intelligence artificielle, l’Internet des objets et les mégadonnées dans les universités

Plusieurs articles traitent des défis technologiques et pédagogiques que pose l’émergence de l’intelligence artificielle (IA) en lien avec l’enseignement et l’apprentissage  dans les universités.  Nous vous avons déjà présenté le cas de l’utilisation de robots sous forme de « chatbots » en appui à un enseignant de l’université Georgia State qui cherchait une solution pouvant l’aider à mieux gérer son temps en facilitant les échanges en ligne avec de grands groupes d’étudiants.  En parallèle, peu de sources abordent d’autres défis importants qui font partie de la gestion quotidienne du fonctionnement des universités – par exemple, ce que les administrateurs, professionnels et techniciens doivent faire pour réussir à maintenir ou concevoir de nouveaux locaux et bâtiments ou gérer les déplacements du personnel et des étudiants.

À ce titre, je suis tombé sur un article sur le site The Guardian qui aborde ces défis, dont l’impact de l’utilisation d’appareils connectés et accessibles via Internet qui intègrent l’intelligence artificielle ainsi que l’exploitation des mégadonnées et qui ont le potentiel d’effectuer certaines tâches, avec des degrés divers d’autonomie.  Des drones sophistiquées sont déjà utilisés en recherche depuis un bon moment, mais sont maintenant disponibles pour aider à l’inspection et au maintien régulier des bâtiments, permettant aux institutions de potentiellement réaliser d’importantes économies:

But drones are also proving useful non-research projects on campus, particularly around construction and facilities maintenance. “A great example of this is for rooftop inspections in areas that are difficult to access, commonly in older buildings,” Stark explains. “What used to require costly rigging to ensure the safety of a human, or the renting of a bucket lift, can now be replaced with a $500 drone. What may have been cost-effective to do only once a year can now be done on a regular basis.”

Un autre projet mené par le Massachussetts Institute of Technology (MIT), dénommé iSpots, permet d’utiliser le réseau sans-fil déjà en place sur le campus pour aider à recueillir les données nécessaires pour planifier le design de nouveaux espaces ou la modification d’espaces existants pour mieux répondre aux besoins exprimés par les membres du corps professoral et les étudiants:

The iSPOTS project aims at describing changes in living and working at MIT by mapping the dynamics of the wireless network in real-time. Thus, the complex and dispersed individual movement patterns that make up the daily life of the campus can be revealed, helping to answer many questions: Which physical spaces are preferred for work in the MIT community? How could future physical planning of the campus suit the community’s changing needs? Which location-based services would be most helpful for students and academics?

Bien que ces développements soient intéressants, des intervenants soulignent avec justesse qu’il ne faudrait pas perdre de vue qu’il faut bien baliser l’utilisation des données générées par ces différents appareils afin de tenir compte des préoccupations des usagers sur la sécurité ainsi que la vie privée.

Source

Niemtus, Zofia . The automated university: bots and drones amid the dreaming spires. The Guardian, 4 avril 2017.

Les mégadonnées et l'intelligence artificielle en soutien à la rétroaction sur les apprentissages des étudiants
Numérique en enseignement: différents modèles pour un recul critique sur les pratiques

Exprimez-vous !

*