La tour de verre: comment les médias sociaux changent l’environnement de travail des universitaires?

De nombreux professeurs sévissent sur les réseaux sociaux, Twitter, Facebook, des blogues, etc.  Mark Carrigan, consultant en médias sociaux et auteur de Social Media for Academics (Sage, 2016), estime que la visibilité qu’ils confèrent ainsi à leurs institutions est un actif intéressant.  Grâce aux médias sociaux, les murs d’ivoire de l’université deviennent transparents…  Le public dispose d’un nouvel accès aux intellectuels.  On peut penser qu’il s’agit plutôt d’une bonne chose tant en termes d’accessibilité que d’imputabilité, mais cela ne va non plus pas sans risque.

Il enjoint les institutions d’enseignement supérieur à se rendre responsables de la prise de parole publique de leurs professeurs dans les médias sociaux.  Cela peut aller jusqu’à prévoir des fonds pour défendre les universitaires aux prises avec des poursuites mais, plus généralement, il s’agit de ne pas reconnaître les employés uniquement quant ils brillent sous le feu des projecteurs.  D’après lui, il faudrait aussi avoir le courage et les règlements pour les accompagner lorsqu’ils sont l’objet d’attaques sur le Web.  Il donne des exemples désagréables comme RateMyProfessors.com, mais aussi carrément sinistres comme Professor Watchlist, où le groupe conservateur Turning Point USA demande aux internautes de dénoncer les discours « libéraux » de certains intellectuels.

« The possibility that people might be sifting through our communications in a politically motivated way raises the stakes but did not create the original problem. What we are seeing here is a transformation in how technology operates in the life of the university and how it bridges the gap between the academy and the wider society. […]

It would be an overstatement to claim that public scholarship is becoming the norm, simply by virtue of academics increasingly using social media. Nevertheless, we can no longer assume that our work will only be received by other scholars. We urgently need to adapt our professional expectations to the emerging realities of the glass tower. » (Carrigan, 2017, nos emphases)

Source: Carrigan, Mark, « From Ivory to Glass Tower« , Vitae – The Chronicle of Higher Education, 29 mars 2017

Numérique en enseignement: différents modèles pour un recul critique sur les pratiques
T'as un cellulaire? Tu peux aussi avoir ton diplôme!

Exprimez-vous !

*