Compétitive Formation continue Pédagogique Point chaud / en émergence Technologique

Vers un campus virtuel québécois?

Serge Allary attire mon attention sur cet entrefilet pour le moins discret du Soleil paru dans la foulée de nouvelles relatives à l’éducation entourant le dernier budget Leitao:

Bientôt un eCampus

Toutes les universités québécoises pourront bientôt travailler ensemble pour offrir des cours en ligne. Le gouvernement a annoncé mardi la création prochaine d’un eCampus pour le Québec, financé à partir d’une enveloppe de 100 millions $ destinée au numérique. Ce portail web servira à mettre en commun l’expertise universitaire pour mieux la vendre à l’international, comme le fait l’Ontario ou la France. «Nous devons occuper la place qui nous revient dans la Francophonie», croit Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur. L’université à distance TÉLUQ demande depuis plusieurs mois la création d’une telle instance. La ministre David soutient qu’elle pourrait avoir «un rôle à jouer» dans le futur eCampus.” (Cloutier, 2017, nos emphases)

Ce peu d’information appelle de nombreuses questions: Quand? Quelle part de l’enveloppe sera investie? Est-ce que l’argent ne servira qu’à ouvrir le portail ou si des sommes seront prévues pour encourager le développement de cours?  Quel “rôle” pour la TÉLUQ?

Rappelons que l’Ontario a déjà un tel portail depuis 2015: https://www.ecampusontario.ca/

Source: Cloutier, Patricia, “Québec fait le pari d’agir tôt en éducation“, Le Soleil, 28 mars 2017

Critique de la quête de l'efficacité en apprentissage
Interne: réactions au rapport de Claude Corbo sur le Conseil des universités du Québec

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé est coordonnateur de la veille et de la gestion des connaissances au SSF. C'est également le rédacteur en chef de L'éveilleur. De par ses fonctions, il se doit d'être touche-à-tout, mais il s'intéresse particulièrement à l’identification et au développement de compétences transversales (numériques et humaines), aux caractéristiques des nouvelles clientèles étudiantes, aux nouveaux espaces d'apprentissage, aux nouvelles formes de certification, ainsi qu'à l’intégration de récits à la formation.

Laisser un commentaire