Vers un campus virtuel québécois?

Serge Allary attire mon attention sur cet entrefilet pour le moins discret du Soleil paru dans la foulée de nouvelles relatives à l’éducation entourant le dernier budget Leitao:

« Bientôt un eCampus

Toutes les universités québécoises pourront bientôt travailler ensemble pour offrir des cours en ligne. Le gouvernement a annoncé mardi la création prochaine d’un eCampus pour le Québec, financé à partir d’une enveloppe de 100 millions $ destinée au numérique. Ce portail web servira à mettre en commun l’expertise universitaire pour mieux la vendre à l’international, comme le fait l’Ontario ou la France. «Nous devons occuper la place qui nous revient dans la Francophonie», croit Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur. L’université à distance TÉLUQ demande depuis plusieurs mois la création d’une telle instance. La ministre David soutient qu’elle pourrait avoir «un rôle à jouer» dans le futur eCampus. » (Cloutier, 2017, nos emphases)

Ce peu d’information appelle de nombreuses questions: Quand? Quelle part de l’enveloppe sera investie? Est-ce que l’argent ne servira qu’à ouvrir le portail ou si des sommes seront prévues pour encourager le développement de cours?  Quel « rôle » pour la TÉLUQ?

Rappelons que l’Ontario a déjà un tel portail depuis 2015: https://www.ecampusontario.ca/

Source: Cloutier, Patricia, « Québec fait le pari d’agir tôt en éducation« , Le Soleil, 28 mars 2017

Critique de la quête de l'efficacité en apprentissage
Interne: réactions au rapport de Claude Corbo sur le Conseil des universités du Québec

Exprimez-vous !

*