Des universités se mettent à la distance. Est-ce un bon choix?

Daniel Peraya évoque, dans son texte de débat-discussion, une brève présentation de deux universités classiques : Universidad Nacional Autónoma de México et l’Université Laval à Québec. Les deux universités ont un point commun : une offre de formation de qualité identique tant en présentiel qu’à distance. Toutefois, les deux universités possèdent des stratégies institutionnelles différentes en terme d’évolution.

La première laisse toute la liberté aux facultés de mettre en ligne des cours, sans avoir nécessairement la vision technopédagogique innovante. Il s’agit de faire du neuf avec du vieux.

Quant à la deuxième, le développement de la formation à distance est basé sur des initiatives individuelles et des pionniers pour répondre à des besoins de certains publics, avec les soutiens et les accompagnements institutionnels ainsi qu’une coordination universitaire.

Les pistes d’avenir se trouvent dans la personnalisation de la formation, la participation, mais aussi dans le sens que donne l’apprenant à la formation en fonction de son projet personnel et professionnel. Dans cette direction, la « formation numérique » devrait être considérée « comme levier de changement pédagogique ou pôle de structuration ».

Source : Peraya, D. (2017). Des universités se mettent à la distance, Distances et médiations des savoirs, 16, 17 janvier 2017.

Faciliter le développement de la recherche et valoriser la formation en intelligence artificielle
Interne: Les gouvernements investissent en intelligence artificielle à Montréal

Exprimez-vous !

*