10 façons de réaliser des économies d’échelle en formation, sans sacrifier la qualité: trop beau pour être vrai?

Suggéré par mon collègue Marc Couture, un article de Steven Mintz, professeur d’histoire et directeur exécutif du Institute for Transformational Learning à l’Université du Texas (Austin).  En contexte de raréfaction des ressources, il s’interroge sur les meilleurs moyens d’offrir une formation supérieure à de plus grands nombres d’étudiants à moindre coût, tout en favorisant de meilleurs acquis d’apprentissage (learning outcomes).  Autrement dit, il se pose la sempiternelle question des économies d’échelle en formation universitaire, sans sacrifier la qualité estime-t-il:

« Yet even greater success is possible, I am convinced, if institutions think boldly outside of the established paradigms and consider innovative ways to transform the academic experience – while maintaining the elements of a high quality education that we most prize… »

Il attribue la qualité de l’enseignement supérieur aux éléments suivants:

  • Une rétroaction régulière et significative de la part d’un expert contenu avec qui il est possible d’interagir (regular and substantive feedback from and interaction with a subject-matter expert);
  • Le sentiment de faire partie d’une communauté d’apprentissage (a sense of membership in a learning community);
  • Un échafaudage pédagogique et du soutien à l’apprentissage (and robust scaffolding and support for learning). « 

Par conséquent, il croit qu’il est possible d’enseigner à plus de gens avec qualité, du moment que l’on conserve ces éléments.

Il propose une dizaine de stratégies qui feront certainement jaser puisqu’elles redéfinissent l’apprentissage, revoient le déploiement des ressources humaines ou transforment radicalement l’expérience académique.  Autrement dit, elles sont plutôt à contre-courant des habitudes universitaires:

  1. Création de banques partagées de contenus de cours, d’outils d’apprentissage et de ressources d’enseignement (Creating Shared Instructional Content, Learning Tools, and Teaching Resources): pour éviter que les enseignants refassent chacun les mêmes exercices, outils, etc.
  2. Apprentissage auto-dirigé à rythme personnalisé (Self-Paced, Self-Directed Learning): une autre façon de nommer les competency-based programs où l’on doit démontrer l’atteinte de seuils de compétences pour avancer dans le programme.
  3. Utilisation de didacticiels interactifs, personnalisés et évolutif (Utilizing Interactive, Personalized, Adaptive Courseware): permettent à des étudiants de se pratiquer et d’être accompagnés par des pairs ou des mentors étudiants.
  4. Apprentissage par équipes (Team-Based Learning): d’après l’auteur, des classes basées sur du travail en équipe permettraient d’augmenter le ratio étudiants-professeurs…
  5. Complémentarité des cours spécialisés (Course Sharing Arrangements): différentes institutions pourraient collaborer et offrir chacune certains cours spécialisés pour éviter de les dupliquer.
  6. Cours d’introduction en ligne (Scaled Online Courses): pour certains cours de première année qui touchent de nombreux étudiants, il y aurait moyen d’offrir une bonne partie de la théorie et des exercices en ligne, libérant du temps là où les enseignants doivent plus attentifs.
  7. Soutien à plusieurs niveaux (Tiered Support): créer différentes communautés de soutien par les pairs, selon les besoins des étudiants.  Seuls ceux qui en ont vraiment de besoin sont référés à du personnel d’encadrement.
  8. Une approche modulaire (A Modularized Approach): nécessité d’une cartographie fine – granulaire – des compétences à acquérir ce qui permet de créer des trajectoires incluant la remédiation pour chacune de ces compétences.
  9. Méta-majeures (Meta-Majors): il s’agit encore ici de regrouper certains cours d’introduction pour offrir des troncs communs à valeur ajoutée
  10. Apprentissage expérientiel étendu (Expanded Experiential Learning): stages, internats, cliniques, ateliers pratiques, recherche supervisée sont très prisés.  Selon Mintz, « these kinds of immersive learning experiences are among the most affordable for institutions to offer »…

Mintz sait sans doute que de telles propositions dérangent puisqu’il tient à rappeler les avantages de ces économies d’échelle qui ne sont pas seulement financiers

  • Production de ressources pédagogiques d’excellente qualité.
  • Disponibilité d’objets d’apprentissage de grande valeur pour chaque enseignant.
  • Redéploiement du personnel enseignant vers des activités de formation à haute valeur ajoutée (mentorat, apprentissage actif, etc.)
  • Accessibilité des données requises pour vérifier l’efficacité du curriculum pour divers profils étudiants.

Nous ne plébiscitons pas les stratégies de Mintz.  Avouons toutefois qu’elles ont le mérite de lancer des discussions…

Source: Mintz, Steven. « Can a High-Quality Education Be Provided at Scale? », Inside Higher Ed, 6 mars 2017

6 moyens d'intégrer l'apprentissage par l'erreur en e-learning
L'intelligence artificielle, intelligence collective et innovation technologique

Commentaires

  1. Éric Chamberland a écrit:

    La première proposition de Mintz évoque les ressources éducatives libres (REL), dont on dit depuis plusieurs années que le décollage est imminent. À moins que je ne sois mal renseigné, on attend toujours ce décollage, du moins au niveau universitaire, et j’ai l’impression qu’on va l’attendre encore pour l’avenir prévisible. Et pourtant, l’idée de ressources numériques partagées est analogue à l’idée de choisir un manuel de cours existant (plutôt que chaque professeur écrive le sien).

Exprimez-vous !

*