Plagiat dans un article cosigné: à qui la faute?

Un article de Zoë Corbyn, paru le 4 février 2010 dans le Times Higher Education, fait état de la découverte de plagiat dans un article scientifique signé par treize coauteurs.   Si le plagiaire, un stagiaire postdoctoral, coauteur, a été blâmé, le chercheur principal, un jeune professeur nouvellement embauché, a été lui aussi blâmé et ce, pour ne pas avoir vérifié le travail du stagiaire postdoctoral.

La situation a été jugée suffisamment grave pour que la Newcastle University choisisse de faire parvenir un message à tous les professeurs de cette université afin de leu rappeler que toutes les publications scientifiques doivent être originales et qu’une grande attention doit être apportée à la vérification des projets d’articles.

Le stagiaire postdoctoral a quitté l’Université et le jeune professeur a été rencontré.

Source : Corbryn, Zoë, « Newcastle goes back to basics to avoid plagiarism », Times Higher Education, 4 février 2010

Les excuses servies en cas d'accusation de plagiat
Éduqués, les étudiants plagieraient moins (mais les profs doivent s’en mêler)

Commentaires

  1. echamberland a écrit:

    Oui, mais pour détecter le plagiat, ça prend des ressources. Autrement, le travail d’enquête serait trop fastidieux et on gâche du précieux temps de recherche et d’enseignement à chasser les bandits. Si on veut que les professeurs jouent à la police, il va leur falloir des ressources pour les appuyer : assistants, logiciels, etc.

Exprimez-vous !

*