Formations diplômantes en France : Les universités tentent de s’ouvrir davantage aux entreprises

Selon l’article d’Antoine Teillet, paru sur studyrama.com, les difficultés à adopter un rythme d’enseignement totalement différent figurent parmi les obstacles rencontrés par les universités pour desservir les entreprises. Elles auraient avantage à proposer des programmes souples s’adaptant au rythme des professionnels sur le marché du travail (quelques heures par jours ou par semaines, quelques jours par mois, sur le temps de travail ou hors temps de travail, etc.).

« Il existe bien trop peu de programmes véritablement aménagés pour les professionnels, confirme et regrette Denis Simon, directeur du career centre des Facultés de l’Université Catholique de Lille. Les professionnels à la recherche d’un bac+4 ou d’un bac+5 n’ont pas toujours le temps ou l’envie d’arrêter de travailler toute une année pour partir en CIF. Dès lors, ils n’ont plus beaucoup de choix en termes d’orientation. Les universités auraient tout à gagner à mieux s’organiser tant cela pourrait générer un important business. Le jour où ces institutions auront véritablement développé ce type de formation, on aura accompli un gros progrès. »

Depuis janvier 2016, une douzaine d’universités ou de groupements universitaires en France ont été retenus pour participer à un projet de développement de la formation continue découlant du rapport Germinet. Les initiatives sont depuis nombreuses.

L’Université d’Angers, par exemple, a revu sa réingénierie de l’offre de formation et propose des cursus plus brefs, plus souples, et qui s’inscrivent dans une logique de construction progressive des compétences. Son directeur de la formation continue, Thierry Latouch, souligne : « Notre objectif est bien d’individualiser les parcours, avec un fort accent mis sur la validation des acquis de l’expérience, de rendre plus lisible notre offre de formation et de services et de mettre en place un pôle d’information et de conseil pour favoriser une co-construction des parcours. »

À l’Université Paris Est Créteil, on mise sur la création d’une maison de l’innovation et de l’entrepreneuriat étudiant –MIEE , un lieu de rencontre et d’échanges.

Les universités ne sont pas toujours identifiées par les entreprises lorsque vient le temps de développer les compétences de leur personnel.  Espérons que ces initiatives aideront les universités à se rapprocher des organisations.

Source : Teillet, Antoine, L’université tente de s’ouvrir davantage aux entreprises, Studyrama, 18 janvier 2017

Un DESS en administration scolaire en Gaspésie
La formation chez les salariés français en 2016

Exprimez-vous !

*