La liste des éditeurs prédateurs de Jeffrey Beall n’est plus! (mise à jour)

En fait, c’est tout le site de Jeffrey Beall, Scholarly Open Access, sur lequel on pouvait trouver des listes des prédateurs en édition scientifique, qui s’est éteint!  Vidé de son contenu.  Dire que trois semaines plus tôt, L’Éveilleur publiait une dépêche sur la mise à jour de cette liste (ici), laquelle contenait des hyperliens.  Comme rien ne disparaît complètement sur le web, on trouve encore une liste archivée datant du 18 décembre 2016.  Reste à savoir combien de temps cette liste restera accessible.  Peut-être faudrait-il en faire une copie…

Que s’est-il passé?  Personne ne le sait, ou personne ne le dit.   On avance des menaces de poursuites judiciaires, un piratage du blogue…  Non seulement son blogue a été effacé mais également son compte twitter et sa page facebook.   Le plus inquiétant, selon le site Support for Open Access Publishing, c’est que Beall ne se manifeste pas.  Le 17 janvier 2017, l’Université Colorado Denver a émis cette nouvelle :

Jeffrey Beall, associate professor and librarian at the University of Colorado Denver, has decided to no longer maintain or publish his research or blog on open access journals and “predatory publishers.” CU Denver supports and recognizes the important work Professor Beall has contributed to the field and to scholars worldwide.  CU Denver also understands and respects his decision to take down his website scholarlyoa.com at this time. Professor Beall remains on the faculty at the university and will be pursuing new areas of research.

Pour celles et ceux qui voudraient faire preuve de prudence face à ces éditeurs douteux, on conseille le site Think, Check Submit.

Selon Hervé Maisonneuve, [i]l y a beaucoup de discussions [autour de la fermeture du site Scholarly Open Access¸:

  • RetractionWatch suppose qu’une autre société voudrait acheter son site et le relancer !
  • Science nous dit que c’est une décision personnelle, et que J Beall reste dans son université ; Science a plein de liens à d’autres infos, dont à une page du blog listant les publishers escrocs ;
  • Inside Higher ED nous redit que OMICS voulait 1 milliard de dollars en dédommagement ;
  • Plusieurs sources citent tous les liens à des archives pour accéder aux contenus du site de J. Beall, dont Debunking Denialism.

Sources

Maisonneuve, Hervé. Le site listant les revues prédatrices a été fermée sans prévenir ! Menaces ? Politique ? Jalousies ?  Rédaction médicale et scientifique.  20 janvier 2017.

Oransky, Ivan et Marcus, Adam.  Why did Beall’s List of potential predatory publishers go dark?Retraction Watch.  17 janvier 2017.

(NDLR : aucun auteur identifié) Sad Ending? Jeffrey Beall’s Blog was shut downSupport for Open Access Publishing.  15 janvier 2017.

Interne: Microsoft investit en intelligence artificielle à l'Université McGill
Pour bien comprendre le fonctionnement des revues prédatrices (article de fond en français et en anglais)

Commentaires

  1. Jean-Sébastien Dubé a écrit:

    Sinistre et… affolant!

Exprimez-vous !

*