Costumes d’Halloween: appropriation culturelle ou rectitude politique?

Dans La presse du weekend dernier, sous la plume de Sylvia Galipeau, un papier qui témoigne d’un débat qui prend de l’ampleur dans les institutions universitaires anglophones. Il y est question du fait que, sur plusieurs campus, sont lancés des appels à une nouvelle sensibilité culturelle en lien avec le choix d’un déguisement d’Halloween:

« L’an dernier à pareille date, le comité des affaires interculturelles de l’Université Yale, au Connecticut, a envoyé un message à tous ses étudiants, leur demandant d’éviter à tout prix les costumes «ignorants culturellement» et «insensibles», pouvant heurter certaines minorités.

Le message précisait de bannir coiffes à plumes, turbans et autres artifices de type blackface. » (Galipeau, 2016)

En parallèle, des articles du Toronto Star et du National Post mentionnent le « Costume Protocol » présenté cette année par une association étudiante de l’Université Brock et des règles similaires que l’association étudiante de McGill avait émise il y a quelques années, en réaction à des costumes de mauvais goût.

According to the protocol, any costume that “mak(es) fun of real people, human traits or cultures” or “reduce(s) cultural differences to jokes, stereotypes or historical/cultural inaccuracies” are out of bounds. (Quan, 2016)

Galipeau cite aussi une campagne similaire par des étudiants de l’Université Duke (We are a culture, not a costume), ainsi que le cas du président de l’université de Louisville qui a « dû s’excuser publiquement après avoir été pris en photo en poncho, moustache et sombrero. La communauté mexicaine n’a visiblement pas apprécié. »

Dans le camp adverse, on en appelle à la liberté d’expression, au droit à la transgression et au dialogue interculturel.  Galipeau évoque l’histoire d’une enseignante de Yale qui aurait été contrainte de démissionner notamment parce que son opinion divergente sur le sujet avait été mal reçue par la communauté universitaire: «Il fut un temps où les universités américaines étaient des lieux non seulement de mûrissement intellectuel, mais aussi d’une certaine expérience de régression et de transgression », avait-elle écrit.  Elle s’inquiétait de la censure instaurée par les dirigeants de son université.

L’article de Galipeau cite Rachida Azdouz, psychologue en relations interculturelles à l’Université de Montréal. Cette dernière distingue trois situations pour démontrer qu’un déguisement ne constitue pas toujours de l’appropriation culturelle:

  • l’«atteinte intentionnelle à la dignité des personnes» (ou l’«intention vexatoire», le blackface étant ici souvent cité),
  • l’«autodérision et l’autocaricature», et
  • l’«hommage».

Selon Mme Azdouz,

«Il est très difficile de faire la différence entre l’intention malveillante et la maladresse. Et c’est devenu tellement hypersensible qu’on prête au maladroit des intentions malveillantes!»

Par ailleurs, rappelle-t-elle, le dialogue entre les cultures est sur toutes les lèvres. «Mais le dialogue, cela veut aussi dire aller sur le terrain de l’autre, goûter à son alimentation, mais aussi porter ses vêtements!»

[…]«Si on enlève tous les déguisements qui renvoient à un groupe ethnique, on ne se déguise plus», lance à la blague Rachida Azdouz.

«L’idée même du déguisement, c’est la transgression, rappelle-t-elle. Faire tomber les barrières du temps, de l’espace, des générations, mais aussi des cultures!» (Galipeau, 2016)

Qu’enseignera-t-on sur nos campus en lien avec ce sujet chaud?  Sensibilité culturelle? Respect? Tolérance? Dialogue?

Sources:

Galipeau, Sylvia, « Halloween tabou« , La presse, 29 octobre 2016

McGeishas, headdresses out as Canadian universities stave off offensive Halloween costumes« 23 octobre 2016

Quan, Douglas, « Universities crack down on offensive Halloween costumes at campus parties« , The National Post, 20 octobre 2016

Contrôler l’honnêteté académique dans les examens à distance : la course aux outils technologiques
La nouvelle mission de la formation : éduquer l’attention

Commentaires

  1. Sonia Morin a écrit:

    C’est exactement ce qu’on retrouve dans la caricature du Devoir du 31 octobre 2016
    http://www.ledevoir.com/photos/galeries-photos/les-caricatures-de-garnotte-et-de-pascal

Exprimez-vous !

*