Tendances sociétales

La novlangue académique

Un peu de rires (jaunes)… pour les universitaires sachant s’amuser de leurs propres travers.  Zachary J. Foster candidat au doctorat en études proche-orientales à Princeton et chef de produit pour Academia.edu – donc lui-même chercheur en sciences humaines – se moque de 14 façons qu’ont les chercheurs en lettres et sciences sociales sur-compliquent le langage dans leurs articles.

Volontiers provocateur voire un brin mesquin, Foster frappe dans toutes les directions à partir d’exemples réels.  Rien ne trouve grâce à ses yeux: titres obscurs (“Empires without Imperialism“), néologismes/ mots inventés (précolonialité, spatialité, sulbaternité), sur-utilisation des mots “entre”, “vers”et “au-delà” (Au-delà du Printemps arabe, Vers une généalogie du corps de la femme noire, etc.), abus des guillemets (les identités “modernes”), suremploi des verbes à la forme passive (“…how traumatic events influence and are influenced by norms“, préfixes “re-“ (réimaginer, recadrer, réinscrire), tendances floues (modernités multiples, mémoire polymorphe, identités fluides, etc.), manie d’interrompre le discours par des tirets ou des parenthèses (“analysis of diasporic memory – or, more accurately, remembrances – conjures other times and places”), etc.

La question sous-jacente devient cependant criante au fil de la lecture: pour qui ces chercheurs rédigent-ils?  Qui sont leurs lecteurs? N’y a-t-il de l’intérêt à tenter d’être le plus clair possible vis-à-vis de ses collègues pour s’assurer d’être bien compris, même dans un article scientifique?  Compte tenu des attaques déjà évoquées face aux sciences humaines, n’y aurait-il pas un effort de communication à effectuer, notamment pour convaincre les décideurs de l’utilité de ces filières.

Source: Foster, Zachary, “How not to write: 14 tips for aspiring humanities academics“, Times Higher Education, 7 juillet 2016

La liberté académique s'applique-t-elle au plan de cours?
Cri de ralliement pour défendre plus activement les sciences humaines

À propos de l'auteur

Avatar

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé
Coordonnateur de la veille et de la gestion des connaissances
Service de soutien à la formation
819 821-8000, poste 61259
Bureau A7-339

Formation
M.A. Études des médias, Université Concordia
B.A. Multidisciplinaire, Université de Sherbrooke

Fonctions principales et expertise
Coordination des activités de la cellule de veille du Service de soutien à la formation (10 personnes)
Rédacteur en chef du blogue L’éveilleur et des bulletins Perspectives SSF et Face et pile
Animation autour de thématiques de veille (badges numériques, classes d’apprentissage actif, classe inversée, MOOC, formation à distance avec Tony Bates, etc.)
Gestion des connaissances, dont les Dossiers de veille
Récents projets et réalisations
Amélioration continue du bulletin Perspectives SSF (nouvelle image, nouveau nom, caricatures, nouvelles rubriques, sondages)
Débats de l’À propos (capsules vidéo)
Visites à Lyon en février 2015 (10 institutions et organismes visités)
Mise en place d’un nouveau système de classement documentaire commun
Communications
ARTICLES (échantillon)

Dubé, Jean-Sébastien et Chamberland, Éric. Vers des diplômes Google? L’essor des certifications alternatives. Perspectives SSF. Octobre 2015.

Dubé, Jean-Sébastien. Demain la certification : Jamais sans mes badges : partie 1, partie 2. Perspectives SSF. Mai et octobre 2014.

Dubé, Jean-Sébastien. L’observation de l’enseignement par les pairs à la Faculté des sciences. Perspectives SSF. Mai et octobre 2014.

PRÉSENTATIONS

Dubé, Jean-Sébastien et Myette, France. Le diplôme en 2024 : Quelle forme? Quel contenu? Mois de la pédagogie universitaire. 2 avril 2014.
Rayonnement
Présentation de la veille du Service de soutien à la formation à une équipe d’EM Lyon Business School, France (2015)
Présentation des outils de diffusion sur l’internationalisation de la formation aux Rencontres Sherbrooke-Montpellier (2015)

Laisser un commentaire