Rapport Kaltura sur la situation de la vidéo en enseignement

Pendant mes vacances, mon collègue Jean-Sébastien m’a fait suivre cet article de Peta Lee : «Video to play growing role in higher education-Survey», sur l’état de la vidéo en enseignement qui fait suite à la publication du dernier rapport Kaltura (société américaine qui développe des solutions technologiques en vidéo). C’est le troisième du genre pour Kaltura (L’Éveilleur avait rédigé un premier billet en 2014).

«The state of video on education: a Kaltura report 2016» dresse un portrait des usages et perceptions de gens du milieu de l’éducation concernant la vidéo. Il fait suite à une enquête menée en ligne, au printemps 2016, auprès de 1 500 personnes. Il s’agissait de professeurs, concepteurs pédagogiques, professionnels de l’informatique et des médias numériques, cadres et étudiants, à travers le monde. Le rapport précise que sur ces 1 500 répondants, 72 % provenaient du milieu de l’enseignement supérieur.

Voici en un coup d’oeil, ce qui en ressort :

kaltura_report_2016

 

 

 

 

 

 

D’autres points ont retenus mon attention:

  • les ressources vidéo gratuites en ligne ont la cote (77 % des répondants disent les utiliser) ;
  • la «classe inversée» gagne du terrain (58 % des répondants disent que cette approche est présente dans leur institution, l’an dernier ce chiffre s’élevait à 29 %) ;
  • en hausse également, l’utilisation de la vidéo pour faire de la correction ou offrir de la rétroaction (32 %, comparativement à 26 % l’an dernier) ;
  • un peu plus de la moité des institutions (52 %) ont intégré des solutions vidéos à leur environnement numérique d’apprentissage ou plateforme institutionnelle ;
  • une majorité d’étudiants (86 %) affirme voir ses professeurs utiliser activement la vidéo en classe ;
  • 74 % des institutions recourent à la web diffusion dans différents contextes (enseignement, événement, etc.) ;
  • 75 % des répondants pensent que la durée optimale d’une vidéo se situe entre 5 et 10 minutes, bien qu’ils se disent à l’aise avec des vidéos pouvant aller jusqu’à 30 minutes ;
  • presque tous (96 %) s’entendent sur le fait qu’il faille hausser le niveau des compétences en matières de littératie numérique et vidéo…

“It is imperative to teach how to write for the screen in the 21st century. Video is already the primary form of communication. Students and teachers must learn how to do this. This will become common place in education in the future.”

Mentionnons que ce rapport n’a pas la prétention d’offrir un portrait exact de la situation de la vidéo en enseignement. Les personnes interpellées pour répondre au sondage ont été triés sur le volet et hormis le pourcentage des répondants provenant du supérieur, le rapport ne précise pas leur provenance quant au pays ou à la région d’appartenance, ni s’ils étaient (en tout ou en partie), des utilisateurs de solutions vidéos offertes par le fournisseur.

Source: Lee, Peta, «Video to play growing role in higher education-Survey», University World News, 16 juillet 2016.

Revaloriser les cours de base par l'apprentissage intégratif
Derrière MOOC et Cie, une férue de pédagogie

Exprimez-vous !

*