Se cultiver par la vidéo: champ miné ou champ fleuri?

Dans le dossier du Thot Cursus d’avril 2016 sur la vidéo, un article né d’un défi que s’est lancé à lui-même Denys Lamontagne (directeur général du Thot Cursus) : est-il possible de se «cultiver» grâce à la vidéo?

Conscient qu’«…au niveau de la lecture, plusieurs tendances contradictoires sont actuellement en développement :

  • la population en général lit de moins en moins de journaux et de livres;
  • il se publie plus de livres et de documents que jamais dans l’histoire; avec comme corollaire que les tirages diminuent;
  • les gens lisent et écrivent beaucoup plus fréquemment, mais des messages de plus en plus courts;
  • la fréquence de visionnement de vidéos, déjà importante, s’accélère»

Le téméraire et grand lecteur Lamontagne a décidé de s’astreindre, sur une période fixée à deux semaines, au visionnement de vidéos propres à augmenter son niveau de culture sur différents sujets d’intérêt.

Voici son expérience en 5 temps.

  1. Savoir ce que l’on veut et circonscrire ses recherches est primordial pour éviter les pertes de temps. Denys Lamontagne privilégie le chemin qui lui paraît le plus fiable, soit le Répertoire des vidéos éducatives du Thot Cursus.
  2. Encore faut-il sélectionner dans tous ces sites potentiellement intéressants ceux qui correspondent à nos besoins. À ce stade-ci, une bonne connaissance de soi et une capacité de réflexion afin d’identifier les intérêts du moment sont des atouts précieux.
  3. Le moment de visionner les trouvailles arrive enfin. Si les premières étapes ont été bien réalisées, il y a de fortes chances que vous vous trouviez ici comme un enfant devant une boutique de friandises. Vous aurez à votre portée nombre de sites vous garantissant l’accès à des vidéos de qualité.
  4. Devant l’immensité des choix, vous développerez peut-être la pratique du «papillonnage». Il s’agit, non pas de l’écoute attentive de chaque vidéo, mais bien du survol rapide de ces dernières. Lamontagne compare cette phase à celle de «bouquinage», quand un lecteur se retrouve dans le rayon d’une librairie où tout lui semble intéressant. Il faut savoir qu’ici, la perte de repères est plus que probable. Cette étape est donc à haut risque… Si, comme l’a vécu Denys Lamontagne, vous vous perdez en chemin, StumbleUpon est l’outil qu’il suggère pour baliser vos recherches et vous assurer que, si vous vous perdez, vous pourrez regagner le chemin que vous vous étiez fixé.
  5. Après deux semaines de ce régime, Denys Lamontagne avoue avoir été contaminé par la vidéo. Désormais, lorsqu’une question se pointe, le réflexe n’est plus de se demander ce qui a été écrit sur le sujet mais bien plutôt quelles ressources (livres et vidéos) puis-je consulter pour éclaircir ce point?

«Si au début j’évitais les sites monstres que sont YouTube, Dailymotion et Viméo, de peur de m’y égarer justement, maintenant je les fréquente assidûment. Mais il y a une condition : savoir ce que l’on veut. […] Ce qui n’exclut ni la discipline, ni l’organisation; elles demeurent nécessaires si on veut étudier avec les vidéos : on a besoin de retrouver ses références, de les organiser, de les annoter, de les partager et de les discuter. Ceci maîtrisé, on peut s’attendre à trouver de plus en plus souvent de gens dont la culture viendra principalement de la vidéo car la vidéo est plus accessible que le livre et elle est aussi plus facile à produire et à diffuser.»

Source: Lamontagne, Denys, «Devenir vidéophile en deux semaines», Thot Cursus, 25 avril 2016.

Développer la créativité et la résolution de problèmes sans "makerspaces"
Contribuer à la recherche scientifique de pointe par le jeu vidéo

Exprimez-vous !

*