High Impact Practices : quelques clés pour favoriser la réussite et la persévérance

On voit se multiplier depuis quelques temps des références à la notion de High Impact Practices (HIPs) pour désigner des modalités de formation dont on a documenté les effets positifs sur la formation des étudiants. Cette liste est largement basée sur les travaux de George D. Kuh, directeur du National Institute for Learning Outcomes Assessment et créateur, notamment, du National Survey of Student Engagement (NSSE).

Au départ, les données de ce sondage ont d’ailleurs servi à identifier les modalités jugées les plus efficaces pour favoriser la formation. De fait, le sondage et les HIPs sont dorénavant tellement imbriquées qu’il est maintenant possible, pour les institutions qui le souhaitent, d’extraire des données du NSSE recueillies auprès de leurs propres étudiants pour leur permettre de mesurer la participation étudiante dans un certain nombre des initiatives HIP mises en place dans leur propres murs.

On compte une dizaine de catégories de HIPs, ces pratiques jugées exemplaires :
1. First-Year Seminars and Experiences: activités d’accueil et d’orientation dès l’arrivée dans le programme et attention particulière accordée aux cours de première année, axés sur le développement des capacités sollicitées tout au long du programme (rédaction, litératie informationnelle, apprentissage collaboratif, stratégies d’étude…)

2. Common Intellectual Experiences: activités obligatoires communes (« tronc commun ») permettant l’acquisition de notions et d’habiletés jugées fondamentales pour l’ensemble des étudiants d’un programme donné

3. Learning Communities: au-delà des limites d’un seul cours, regroupement d’étudiants de différents horizons (issus de différents cours et de différentes disciplines) autour d’un thème ou d’un projet commun.

4. Writing-Intensive Courses: rédaction d’une variété de textes tout au long de la formation, pour différents auditoires et avec différentes visées. Préoccupation pour des thématiques parallèles telles la recherche documentaire, la communication orale, l’argumentation.

5. Collaborative Assignments and Projects: pour apprendre à travailler avec d’autres et approfondir sa compréhension en s’appuyant sur la perspective de personnes au profil différent du sien.

6. Undergraduate Research : implication d’étudiants de premier cycle dans une véritable démarche de recherche dans la discipline.

7. Diversity/Global Learning: séjours à l’étranger ou intégration dans les programmes de perspectives internationales, interculturelles et d’une variété de points de vue.

8. Service or Community-Based Learning: acquisition d’expérience terrain auprès de partenaires issus de la communauté afin d’appliquer les apprentissages théoriques, d’analyser et de résoudre des problèmes réels et réfléchir en classe sur leur expérience pratique.

9. Internships : stages dans un milieu de travail (habituellement liés aux perspectives de carrière) et permettant de profiter de la supervision et du mentorat de professionnels dans le domaine visé.

10. Capstones Courses and projects: activités, production ou projets intégrateurs prévus au terme du programme de formation

La notion d’High Impact Practices demeure néanmoins un concept encore en mouvance ; ainsi, le rapport du Center for Community Colleges Student Engagement, fort bien documenté, répertorie quant à lui 13 pratiques HIP dont certaines sont clairement distinctes des 10 pratiques identifiées ci-dessus :

  1. Orientation
  2. Accelerated of fast-track developmental education
  3. First-year experience
  4. Student success course
  5. Learning community
  6. Academic goal setting and planning
  7. Experiential learning beyond the classroom
  8. Tutoring
  9. Supplemental instruction
  10. Assessment and placement
  11. Registration before class begin
  12. Class attendance
  13. Alert and intervention

Ces principes ne font par ailleurs pas l’unanimité certains soulevant certaines failles quant à la méthodologie employée pour démontrer l’impact de ces stratégies (Browell et Swaner, 2009). On remarque notamment la grande variabilité dans la forme que prennent ces initiatives d’une institution à l’autre, de même que le peu d’études poussant l’analyse plus loin que les résultats scolaires et la persévérance pour mesurer l’impact réel sur l’apprentissage. Néanmoins, cet inventaire de bonnes pratiques circule de plus en plus, notamment dans le réseau des community colleges américains où il constitue souvent le fondement d’une stratégie de mise en place de modalités favorisant la réussite et la persévérance.

Sources:
Association of American Colleges and Universities, High-Impact Educational Practices : A Brief Overview. https://www.aacu.org/leap/hips

Center for Community Colleges Student Engagement (2014). A matter of degrees: Practices to pathways (High-impact practices for community college student success). Austin, The University of Texas at Austin, Program in Higher Education Leadership. https://www.ccsse.org/docs/Matter_of_Degrees_3.pdf

Brownell, Jayne E. et Lynn E. Swaner. 2009. « High-Impact Practices : Applying the Learning Outcomes Literature to the Development of Successful Campus Programs », Association of American Colleges & Universities Peer Review, spring 2009. http://carleton.ca/viceprovost/wp-content/uploads/Brownell-Swaner-20-.pdf

Harvard et Duke: Comment faire pour que la formation générale reste pertinente en 2016?
L'« aisance à créer » (maker fluency), véritable raison d'être des makerspaces

Exprimez-vous !

*