L’apprentissage actif fonctionne… et après?

Texte intéressant de Maryellen Weimer du Faculty Focus qui se demande comment approfondir notre compréhension de l’apprentissage actif une fois que l’on en a une idée générale (« des étudiants qui apprennent en faisant quelque chose et qui réfléchissent à ce qu’ils font ») et que la recherche démontre qu’il facilite l’apprentissage en profondeur.

Elle démontre bien la variété des pratiques que l’on regroupe sous le vocable d’apprentissage actif, surtout lorsqu’on les met en concurrence avec la leçon magistrale.  Cette variété rend les comparaisons difficiles:

  • De la participation en classe et des discussions,
  • de l’apprentissage par les pairs,
  • en passant par les télévoteurs et diverses applications pour appareils mobiles,
  • jusqu’au travail de laboratoire,
  • l’apprentissage par la pratique ou par le service à la communauté,
  • sans oublier les jeux de rôles et simulations diverses.

« Beyond figuring out how and where the strategies and approaches belong in the active learning domain, is the mostly absent critical analysis of which ones are best. Let’s not imagine a definitively right answer here, but more a sorting of the options with some guidelines that might allow us to determine what strategies fit well with what kinds of content, and what approaches promote learning most effectively for which students. » (Weimer, 2016)

Elle soulève un certain nombre de questions qui permettraient d’optimiser l’utilisation des méthodes actives pour faire apprendre:

  • De quelles façons est-ce que les méthodes actives suscitent l’engagement des étudiants individuellement et collectivement?
  • Quel niveau d’apprentissage actif est requis pour influer sur les acquis d’apprentissage (learning outcomes)?
  • Quel niveau d’implication ou combien d’activités pédagogiques actives sont nécessaires pour voir un impact dans les évaluations ou selon d’autres observations mesurables?
  • Comment mesure-t-on l’apprentissage actif?  Par l’observation des gestes posés?  En posant des questions aux étudiants sur leurs expériences?  Et qu’en est-il des travaux d’équipe?  Et qu’en est-il de la réflexion sur les actions posées?

Source: Weimer, Maryellen, « Active Learning: In Need of Deeper Exploration« , Faculty Focus, 9 mars 2016

10 tendances qui mettent les universités sur la défensive
Quand les Y seront patrons...

Exprimez-vous !

*