Quand les Y seront patrons…

Sonia Morin me fait part d’un article où l’on rapporte les résultats d’une étude menée par les firmes de consultants Virtuali et WorkplaceTrends.com.  D’après celle-ci, 91 % des 412 jeunes du millénaire interrogés voudraient obtenir une position d’autorité dans les organisations où ils travaillent. Plus de la moitié de ceux-ci sont des femmes. Paradoxalement, 83 % préféreraient travailler dans des compagnies où ils y a moins de hiérarchie.

Quatre points saillants de cette étude:

1. Habiliter les autres: Pour près de la moitié des répondants (46 %), le leadership consiste à habiliter les autres à réussir.  L’argent (5 %) et le pouvoir (1 %) n’étaient que rarement cités comme motivations pour devenir patron.  55 % d’entre eux se montrent insatisfaits quant aux programmes et aux opportunités d’avancement dans leur milieu de travail.

2. Encourager et inspirer: Environ 60 % des répondants mentionnent vouloir offrir à leurs collègues une orientation et des défis stimulants (a sense of purpose and excitement).  On suggère aux entreprises de mettre l’accent sur le « travail significatif » pour faciliter le recrutement et la rétention d’employés.

3. Conciliation travail-vie de famille: 28 % des Y interrogés s’inquiètent de ce que des positions d’autorité rognent sur leurs temps personnels.  On pense que cette génération pourrait faciliter le travail collaboratif afin de partager les tâches et d’atteindre des objectifs de groupe.

4. Mentorat et cours en ligne: Les jeunes du millénaire estiment qu’ils manquent de compétences dans certains domaines, c’est pourquoi 68 % des répondants se montrent intéressés à prendre des cours en ligne et 53 % à apprendre d’un mentor.  Seuls 4 % d’entre eux voient l’intérêt de compléter leur formation à l’aide de cours universitaires.  Des programmes internes de mentorat en entreprise peuvent favoriser le transfert de connaissances des seniors vers les juniors, mais aussi dans l’autre sens en ce qui a trait aux compétence techniques (Morgan, U.S. News & World Report, 7/22).

Tenir compte de cet intérêt des jeunes pour le leadership, le mentorat ou l’apprentissage en ligne nous semble d’intérêt non seulement pour la formation continue, mais pour penser le type d’activités pédagogiques offertes, peu importe le contexte.

Sources: 

Education Advisory Board (EAB), « Four ways millennials are changing leadership« , 28 juillet 2015

WorkplaceTrends.com, « The Millennial Leadership Survey« , Media Room, 20 juillet 2016

L'apprentissage actif fonctionne... et après?
Tendance au découplage: l'émergence des MOOC avec mentors

Exprimez-vous !

*