Douze universités et groupements universitaires participeront à un projet pilote proposé dans le rapport Germinet

Le 19 janvier dernier, le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche de France, Thierry Mandon a rendu publique la liste des établissements sélectionnés pour participer à une expérimentation sur la formation continue. Au total, douze universités et groupements universitaires participeront à un projet pilote proposé dans le rapport Germinet dont la mission est de renforcer la formation professionnelle dans l’enseignement supérieur. À ce jour, les établissements d’enseignement supérieur publics ne représentent que 3% du marché de la formation continue en France.

Sur une cinquantaine d’universités candidates, les 12 établissements ont été sélectionnés pour leur proximité avec le monde de l’entreprise. Leur objectif est de travailler ensemble à renforcer la marque « université » auprès de l’entreprise.  Ces pionniers seront soutenus par une aide de l’état pour la création de 30 postes ayant pour but d’aider à la structuration des équipes.

À raison d’une fois par mois, les 12 établissements se réuniront pour réfléchir aux conditions d’un changement d’échelle de la formation continue universitaire. Ils devront produire d’ici la fin de l’année, un guide pratique de réussite à destination des autres établissements.

« Nos établissements ont considérablement bougé ces dernières années, mais leurs progrès ne sont pas suffisamment reconnus. Une fois cette activité de formation continue consolidée, beaucoup verront différemment nos universités et chercheront à faire d’autres choses avec nous », prévoit François Germinet.

Destiné à promouvoir et accroître l’implication des universités dans la formation professionnelle tout au long de la vie, le rapport de François Germinet, président de l’université de Cergy-Pontoise, a été présenté en novembre 2015 à la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, et à Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le rapport préconise la mise de l’avant des enseignants-chercheurs dans la formation continue comme une plus-value de différenciation. Il propose d’ailleurs d’intégrer la formation continue dans le service des enseignants-chercheurs. On y fait également mention du développement de nouveaux modèles économiques pour capter de nouveaux publics (stages courts, certifications de type Mooc, etc.). Le rapport suggère notamment de rendre modulables les formations selon une approche par compétences et non exclusivement par contenu. Consulter le rapport sur education.gouv.fr.

Liste des établissements qui travailleront ensemble :

  • l’université d’Angers
  • l’université de Bretagne occidentale
  • la COMUE Paris Sciences et Lettres
  • l’université de Cergy-Pontoise
  • l’association Toulouse Tech (INP Toulouse, Insa Toulouse, ENI Tarbes)
  • l’université de Strasbourg
  • la COMUE Sorbonne Universités
  • l’université de La Rochelle
  • l’Upec (université Paris-Est-Créteil) et l’Upem (université Paris-Est-Marne-la-Vallée)
  • l’université de Picardie-Jules-Verne
  • la COMUE Université Côte-d’Azur
  • la COMUE Université de Lyon

Le CNAM fait aussi partie de ce groupe, en tant qu’expert en matière de formation professionelle.

Sources :

Pothin, Marie , « 12 universités sélectionnées pour la formation continue » , BFM TV, le 5 février 2016.

Stromboni, Camille, « Formation continue : Thierry Mandon retient 12 universités pionnières »,  EducPros.fr, le 19 janvier 2016.

Stromboni, Camille, « Formation continue : les universités veulent décrocher le milliard », EducPros.fr, le 16 novembre 2015.

Interne: Développement de la formation continue à l'Université de Strasbourg
Pocket Impulse: une plateforme francophone pour l'apprentissage mobile

Exprimez-vous !

*