Comment s’assurer que les étudiants entrent en classe bien préparés?

Qu’importe l’approche pédagogique utilisée, la question de l’assiduité des étudiants à faire (ou pas) les devoirs prescrits se pose. Avec le modèle de «classe inversée», la réponse à cette question est d’autant plus cruciale qu’elle détermine la qualité et l’efficacité de ce qui sera fait par la suite en classe.

Barbi Honeycutt, professeure adjointe à l’Université de la Caroline du Nord et propriétaire de Flip it Consulting, connaît bien l’approche :

«In this model, the pre-class work focuses on the lower levels of Bloom’s Taxonomy and the in-class work focuses on the higher levels of Bloom’s Taxonomy. I encourage faculty to integrate active learning strategies to involve learners in the process of applying, analyzing, and creating knowledge during class time. Students work through foundational material prior to class so the time spent in class with their peers and the instructor becomes more valuable as they explore higher levels of critical thinking and analysis.» (Honeycutt, 2016)

Pour que le modèle de «classe inversée» fonctionne bien, il est impératif de responsabiliser les étudiants face à leur préparation hors classe. En ce sens, les attentes de l’enseignant doivent être très claires et doivent avoir fait l’objet d’une communication auprès des étudiants. L’enseignant doit également planifier le travail hors-classe de manière à ce que les étudiants aient à rapporter quelque chose de concret et d’essentiel pour ce qui suivra en classe.

Voici trois exemples de stratégies possibles :

  1. Présenter billet d’entrée – la préparation hors classe peut facilement être accompagnée d’une tâche au terme de laquelle l’étudiant aura à produire quelque chose de tangible qui servira d’accès au cours en présence. Comme une liste de questions concernant le contenu visionné ou lu, avec les repères en temps ou numéros de page auxquels elles se rapportent. Cette liste de questions peut ensuite servir de mise en situation à une discussion de groupe ou d’items pour créer un jeu questionnaire.
  2. Choisir son clan – si le travail hors classe présente des points de vue qui s’opposent ou différentes interprétations sur un aspect lié à la matière, vous pouvez envoyer une question aux étudiants de telle sorte qu’ils déterminent lequel des points de vue est le plus plausibles et pourquoi.  Vous pourrez ensuite utiliser leur positionnement et cet argumentaire en classe.
  3. Rédiger un aide-mémoire (cheat sheet) – si vous avez des études de cas et des résolutions de problèmes au menu… Demandez aux étudiants de produire avant d’entrer en classe un aide-mémoire qu’ils pourront partager en équipe et qui deviendra leur seule ressource consultable lors des études de cas ou des résolutions de problèmes.

Les étudiants doivent saisir la pertinence de réaliser l’activité hors classe pour la suite des choses en classe, sans quoi ils auront tôt fait de l’ignorer. Pour Barbi Honeycutt, les activités hors et en classe doivent donc être pensées et organisées de telle sorte qu’elles soient complémentaires.

Source: Honeycutt, Barbi, «Ready to flip: three ways to hold students accoutable for pre-class work», Faculty Focus, 25 janvier 2016.

 

 

Des "pirates" pédagogiques dans les services de soutien à la formation?
Ce que les classements d'universités mesurent: des ingrédients aux résultats

Exprimez-vous !

*