Une définition des emplois verts, et alors?

EnviroCompétences a dévoilé cet automne son rapport synthèse sur la définition des emplois verts, fruit du travail d’un comité formé à la suite du Forum tenu sur l’économie verte et les emplois verts tenu en 2013.

Qu’est-ce qu’un emploi vert?

 « Un emploi vert est un emploi qui applique ou développe directement des informations, des technologies ou de l’équipement qui diminuent l’impact environnemental et qui requièrent aussi des compétences spécialisées, des connaissances ou des expériences liées à ce domaine. Sont également inclus les emplois individuels qui passent 50 % et plus de leur temps de travail dans des activités associées à la protection de l’environnement, à la préservation des ressources ou à la durabilité environnementale ».

Pourquoi se doter d’une définition des emplois verts?

Essentiellement, pour permettre d’avoir un portrait plus précis de la situation des emplois verts, permettre un suivi dans le temps, favoriser le développement autant des emplois que des programmes de formation. En bref, « la définition des emplois verts est une prémice [sic] du développement et de l’encadrement des emplois reliés à l’environnement et l’économie verte. »

La définition présentée plus haut est cohérente avec la démarche de développement durable menée par le Québec. En préambule de la définition, EnviroCompétences précise que

« Les enjeux environnementaux prennent de l’importance partout à travers le monde et requièrent une transformation de nos modes de vie et le passage à une économie verte, c’est-à-dire une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie des ressources. »

Les implications pour les établissements d’enseignement

Parmi les enjeux soulevés lors du Forum de 2013 et repris dans le rapport, le besoin d’une meilleure adéquation entre la formation et les besoins des entreprises a été soulevé et s’observe également chez nos cousins français. Cet élément est particulièrement important dans le contexte où les emplois verts se développent et évoluent rapidement à la faveur du contexte qui est lui-même dynamique (en matière de politiques publiques, d’avancées technologiques ou de découvertes scientifiques par exemple).

Sources:

EnviroCompétences. 2015. Rapport synthèse du comité de travail sur la définition des emplois verts. 17 p.

Schott, François. « Transition énergétique : des profils hybrides difficiles à recruter » Le Monde, 9 décembre 2015.

Culture générale à l'université: jeter le bébé avec l'eau du bain?
La meilleure ville étudiante au Canada est Montréal

Exprimez-vous !

*