Minerva, un an après…

En novembre 2014, j’écrivais sur une première dépêche sur Minerva, un concept d’école internationale pour élites sans bâtiment, dont la formation générale est essentiellement donnée en ligne, où les étudiants voyagent pour vivre à différents endroits dans le monde…  Ce qui me frappait, c’était qu’il y avait là une volonté ferme de tenir compte de l’abondance d’information accessible sur le Web dans la formation.

Ma collègue Francheska Gaulin attire mon attention vers un article qui fait le point après un an d’existence de Minerva.  Pas de grande nouvelle, sinon les points suivants:

  • « la première vraie promotion de 111 étudiants a fait sa rentrée en première année en septembre 2015. 80% d’entre eux sont étrangers, un tiers vient d’Asie. »;
  • le modèle semble plaire puisque 11 000 étudiants ont postulé;
  • en deux levées de fonds, on a réuni 95 millions de dollars (25 M$ en 2012 et 70 M$ en 2014), notamment grâce à des investisseurs chinois;
  • une chaîne YouTube avec plusieurs clips instructifs (magnifiquement réalisés!),  par exemple un  court clip (1 min 51) qui porte sur la plateforme d’enseignement en ligne propriétaire à Minerva et qui affirme qu’ils sont la « seule école au monde » à se servir de la science de l’apprentissage pour établir la façon dont on y enseigne…
  • Je n’avais pas associé l’enseignement de Minerva à la classe inversée puisque les étudiants semblent laissés à eux-mêmes pour trouver l’information de base, mais le site de Minerva – et la journaliste Jessica Gourdon – font ce rapprochement: « Les cours sont assurés par des professeurs, en petits groupes d’une dizaine d’étudiants, et sont centrés autour des discussions et réflexions, selon la pédagogie de la classe inversée. Des cours qui ont lieu aussi en ligne. » (Gourdon, 2015, emphase dans le texte original). Chez Minerva, on parle de « classe inversée radicale« :

In a standard “flipped classroom,” lectures are provided before class and homework is done in class (where the teacher and other students are available as resources). Minerva has a “radical flipped classroom”: We moved both the homework (including readings, which typically address the Big Question and relevant content) and lectures to outside class, and reserve class time for active learning where the information acquired through lectures and homework is actively used in critical thinking, creative thinking, effective communication, and effective interaction. (Minerva Project, 2015)

À suivre…

Sources –

Gourdon, Jessica, « Minerva, l’université globale 3.0« , Educpros.fr, 23 novembre 2015

Gourdon, Jessica, « Minerva, Coursera et des drones sur les campus : l’innovation made in USA« , Educpros.fr, 14 novembre 2014

Minerva Project, « Active Learning », Minverva’s Curriculum for the 21st Century, 2015

 

Qu'est-ce que le design thinking? (explication vidéo en 3 min 29)
Doit-on changer sa façon d'enseigner en formation à distance?

Commentaires

  1. Éric Chamberland a écrit:

    Le founding dean Stephen M. Kosslyn est un chercheur très reconnu en sciences cognitives. C’est inspirant de voir une sommité de la recherche s’impliquer de la sorte dans un programme d’enseignement innovant. Bonus : comme son champ de recherche touche aux sciences de l’apprentissage, son expertise disciplinaire sert tant au contenu qu’à la pédagogie de son enseignement.

Exprimez-vous !

*