La «classe inversée» dans tous ses états

Qu’on l’appelle «classe inversée», «pédagogie inversée», «apprentissage inversé», ce ne sont pas les appellations qui manquent. Même les experts ne s’entendent pas tous sur le meilleur vocable à utiliser…

Qu’à cela ne tienne, Digital Learning Academy propose un petit tour d’horizon de l’approche et nous fait découvrir les retombées du premier congrès national (CLIC 2015) sur la classe inversée. Ce congrès s’est tenu en juillet dernier à Paris et 200 personnes, dont 50 intervenants, se sont mobilisés pour participer à 40 ateliers et à 5 conférences plénières.

Il s’agit d’une initiative de l’Association «Inversons la classe», une toute jeune organisation à but non lucratif qui s’est donné comme mandat d’informer, de documenter, de promouvoir les recherches universitaires sur le sujet. L’Association est présidée par Héloïse Dufour, Ph. D. en neurosciences et directrice opérations à la Fondation Schlumberger pour l’Éducation et la Recherche (FSER).

Sur le site de ladite association, plusieurs informations intéressantes: Par exemple, cette carte interactive où sont épinglés les coordonnées d’enseignants et qui pratiquent l’approche de classe inversée et qui se sont inscrits à une liste initialement amorcée par monsieur Christian Drouin, alias M. Prof de chimie (Collège de Maisonneuve). Bien que nous connaissions l’existence de professeurs et de chargés de cours qui font de la «classe inversé» ici même à Sherbrooke, aucun ne figurent encore sur cette carte.

Pour entendre madame Héloïse Dufour, visionnez l’entrevue que Claude Tran d’Éducavox a réalisée lors du congrès.

Sources:

Digital Learning Academy, «#classe inversée, #pédagogie inversée», bulletin, 19 octobre 2015.

Jarraud, François, «La classe inversée fait son coming out», Café Pédagogique, 6 juillet 2015.

 

 

Activités collaboratives supportées par les TIC facilitant le transfert des connaissances
Éducation et justice sociale : une nouvelle dimension de la taxonomie de Bloom

Exprimez-vous !

*