Congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec : Rapport d’étonnement

Voici quelques points saillants du congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec qui pourraient intéresser les membres du SSF.   Le congrès a eu lieu du 5 au 7 décembre et il y était beaucoup question des enjeux du multimédia et de l’information.

  • L’entrevue est ce qui est le moins enseigné et le moins maîtrisé chez les professionnels de la communication. Avant de faire une entrevue, il faut être conscient de nos préjugés. L’entrevue n’est pas une conversation, elle doit mener quelque part. Argumenter n’est pas interviewer. L’attitude doit être neutre, professionnelle et intéressée. Il ne faut pas se fier à la mémoire des gens, car elle est faillible, d’où l’importance de confirmer par plusieurs sources. Il faut également s’entendre sur le sens des mots : est-ce bien ce que la personne a voulu dire?
  • L’imprimé électronique réinscriptible (e-paper) : ça s’en vient. Il présente les mêmes particularités que le papier, avec en plus la possibilité d’intégrer les 3D, la vidéo, etc.  Donc intéressant pour les manuels scolaires. La Chine compte utiliser des manuels scolaires uniquement électroniques dès 2012, notamment pour faire face à une possible pénurie de papier.
  • La nouvelle n’a plus de valeur : elle ne rapporte rien puisqu’elle est disponible gratuitement. Les gens ne veulent plus être spectateurs de la nouvelle et ne veulent plus d’intermédiaire, ils veulent participer à l’information. Les médias devront donc se réinventer, se concentrer sur la valeur ajoutée et la spécialisation, combiner les différents supports média et faire de la place au citoyen.
  • Le pourcentage du temps passé sur le Web pour consulter les médias au Canada est minuscule : 2 %. Les autres sites Internet deviennent donc tous des compétiteurs des médias.
  • Les agrégateurs de contenus, comme Google News, arrivent déjà en 3e position sur les statistiques de consultation en France, au détriment des sites médias de grands journaux. Nul doute qu’ils arriveront bientôt premiers d’ici quelques années. Les agrégateurs de contenus sont avantageux pour les sites naissants, mais moins pour les autres.  En effet, ils n’entraînent pas vraiment une hausse de fréquentation des sites vers lesquels ils pointent.
  • Solutions pour tirer parti d’Internet : améliorer sa visibilité sur les moteurs de recherche, segmenter notre site par public-cible, fidéliser et personnaliser, devenir agrégateur de contenus (ex., pointer vers d’autres sources de documentation).
  • Grâce au multimédia, il y a plus d’information disponible. Le multimédia permet également de capter l’attention sur une nouvelle qui autrement serait passée inaperçue. Ex: une vidéo spectaculaire de la destruction d’un F18 par une excavatrice de démolition qui accompagne un entrefilet donne une toute autre perspective que si le texte avait été seul. Il faut cependant que la vidéo et la photo apportent une plus-value au texte, et ne figurent pas seules.

Ces points saillants sont tirés des ateliers suivants :

  • Techniques d’interview, par Carole Beaulieu, rédactrice en chef du magazine L’Actualité
  • Les médias traditionnels ont-ils un avenir?, par Bruno Rives, fondateur de Tebaldo, Hubert Lalande, professeur à l’Université d’Ottawa, et Philippe LeRoux, président de VDL2 Stratégies Internet
  • Google, le vampire ultime?, par Margaret Boribon, secrétaire générale de CopiePresse, Philippe Alengry, spécialiste du référencement et de la captation de la valeur ajoutée des médias numériques par les moteurs de recherche, et Stéphane Lavallée, éditeur du journal Les Affaires
  • Peut-on baliser le multimédia?, par Tom Kent, directeur adjoint de la rédaction à l’Associated Press, Yann Pineau, responsable des nouvelles initiatives à La Presse, et Nathalie Villeneuve, journaliste au Courrier Laval

Les enregistrements de la plupart des ateliers seront bientôt disponibles en ligne dans la section
« Congrès » du site Internet de la FPJQ à l’adresse www.fpjq.org.

Le taux d'adoption de la télévision HD aurait doublé depuis juillet 2007
Une approche socioconstructiviste à l'utilisation de la baladodiffusion

Exprimez-vous !

*