De nouvelles menaces à la vie privée et des moyens de s’en protéger

Nous sommes tous suivis… en ligne

Depuis plusieurs années, la plupart des sites web qui se financent par la publicité utilisent des réseaux d’annonceurs automatisés, en insérant de petits programmes de publicité fournis par ces annonceurs dans les pages de leurs sites. Lesdits programmes choisissent alors quelles publicités vont s’afficher pour quels usagers sur quelles pages, sans que les éditeurs du site n’aient à intervenir.

Au-delà du côté agaçant des publicités les plus intrusives, une grande proportion de ces programmes suivent à la trace les internautes qui visitent ces pages. Ce pistage virtuel se poursuit même lorsque l’internaute navigue ensuite sur d’autres sites sans aucun lien avec celui d’où vient le programme de publicité. Le pistage permet la cueillette de nombreuses données personnelles qui sont compilées pour dresser un profil de chaque internaute. Ces profils sont tantôt tantôt utilisés pour cibler de façon personnalisée la publicité présentée à chaque visiteur, tantôt vendus en lot à d’autres annonceurs pour qu’eux aussi puissent mieux cibler leurs publicité. Ce type de pistage est aussi associé aux boutons qui permettent de partager rapidement une page sur divers réseaux sociaux. Par exemple, le bouton J’aime de Facebook que l’on peut voir à la suite des articles sur un très grand nombre de sites, permet à Facebook de savoir quels sites vous visitez même quand vous n’êtes pas sur Facebook, même si vous ne cliquez pas sur le bouton.

Les programmes bloqueurs de pub et de traçage

Il existe divers programmes qui permettent de bloquer en tout ou en partie la publicité et le traçage sur le Web, tant sous Windows, Mac, Linux que Androïd. Ces outils sont surtout utilisés par les personnes qui connaissent bien la technologie, mais très peu par les autres types d’utilisateur. Cependant, jusqu’à maintenant, il n’était pas possible d’en installer sur les produits iOS d’Apple : iPod Touch, iPhone, iPad.

Apple change tout cela cette année avec la version 9 de son système d’exploitation pour appareils mobiles (iOS) qui sera publiée cet automne. En effet, iOS 9 permettra aux développeurs de créer des modules de blocage sélectif de contenu, ce qui est un euphémisme pour le blocage de publicité. Cette fonction est déjà disponible dans la version beta d’iOS 9, avec laquelle les développeurs travaillent depuis juin pour que leurs logiciels soient fin prêts quand la version finale de iOS 9 sortira cet automne.

Le pistage a de vraies conséquences

La plupart des internautes ignorent tout de ce pistage/profilage, qui est pourtant une réelle menace pour leur vie privée. Un exemple a fait grand bruit en 2012, lorsqu’un père de famille a découvert que sa fille adolescente était enceinte lorsque Target a envoyé des coupons rabais d’articles pour bébé à la maison, grâce à l’information cumulée sur les récentes consultations Web sur l’ordinateur de la maison.

Pub et traçage gourmands = Internet lent et batterie faible

Plusieurs commentateurs de la presse techno sur le web ont rapporté que les programmes de publicité/traçage consomment énormément de bande passante. Pour l’utilisation du Web sur les téléphones intelligents, ce téléchargement non désiré contribue au quota de téléchargement mensuel et pousse le coût d’utilisation à la hausse. De plus, ces programmes sont rarement bien optimisés, de sorte qu’ils demandent à l’ordinateur beaucoup de ressources (mémoire, utilisation du processeur). Ils tendent aussi à continuer à fonctionner bien après que la page ait fini de charger, ce qui prolonge la consommation de ressources. L’utilisation de ces ressources ralentit l’affichage des pages web, et elle consomme plus rapidement l’énergie de la batterie dans les appareils mobiles.

Gourmand? Jusqu’à quel point?

Le développeur et blogueur Dean Murphy a mesuré la différence entre charger la page d’accueil d’un site de nouvelles sur un iPhone avec, puis sans, les programmes de pubs. Le site qu’il a pris en exemple prend 11 secondes à s’afficher complètement avec les pubs, contre 2 secondes sans. C’est plus de 5x plus lent. En plus du contenu du site visité, la page télécharge et éxécute 38 programmes de publicité et de pistage que l’utilisateur n’a ni demandés, ni approuvés. Ces programmes continuent à éxécuter pour une minute entière après que la page ait fini de charger.

Et c’est sans compter la place immense qu’occupe la pub sur la page, au détriment du contenu. Voyez les captures d’écran de Dean Murphy.

Le site iMore sur un iPhone, avec la publicité

Le même site visité avec un bloqueur de publicité

 

L’éditeur du site Web pris en exemple (un site pourtant très estimé pour son contenu dans la communauté concernée) a publié une réponse, disant qu’ils sont conscients du problème et qu’ils y travaillent. Le blogueur Nick Heer n’a pas tardé à souligner que malgré sa bonne foi, il demeure que la page de sa réponse prend 14 méga-octets à télécharger (c’est énorme pour une page de texte, quand on pense que chaque caractère ne représente que de 8 à 16 octets).

Dans un autre billet portant sur la suite de ses expériences, Dean Murphy a fait un gain moyen de 53% de consommation de données Internet, et des pages qui chargent 3.9x plus vite. Il rapporte avoir sauvé 70 secondes et 35 Mo de données seulement en visitant 10 pages d’accueil de sites de médias populaires incluant notamment le New York Times, Wired, PC Gamer ou Huffington Post.

Voyez son graphique de comparaison ci-dessous.

Comparaison des temps de chargement des sites avec et sans bloqueur de contenu

Comparaison des temps de chargement des sites avec et sans bloqueur de contenu

 

Le journaliste techno Owen Williams a lui aussi tenté l’expérience de comparer la navigation avec et sans bloqueur de contenu. Il arrive à des conclusions similaires.

Vers une transition

La démocratisation des bloqueurs de publicité, ainsi que le débat soulevé dans la communauté technique à l’occasion de cette nouvelle possibilité sur les iPhones, iPads et iPod Touch, pourraient bien changer la donne.

Le développeur et commentateur techno Marco Arment a écrit un billet sur son blogue au sujet de l’éthique des bloqueurs de contenus. À son avis, il n’y a aucun mal à bloquer la publicité intrusive qui finance les sites que l’on visite, puisque personne ne consent de façon libre et éclairée à se faire pister et à faire dégrader son expérience de navigation web.

Il a révélé dans sa baladodiffusion hebdomadaire (discussion sur son article avec ses co-animateurs à partir de 59:50) qu’il utilise un bloqueur de publicité nommé Ghostery, mais qu’il le configure pour autoriser les publités non-intrusives. En autorisant les publicités raisonnables, il encourage le financement des sites qui adoptent des pratiques d’annonce plus respecteuses des usagers.

Toujours selon Arment, la situation actuelle se compare à l’avalanche de publicité dites pop-up qui a mené tous les éditeurs de navigateurs Web à intégrer des bloqueurs de pop-up au début des années 2000. Devant la réaction à leurs abus, les annonceurs ont alors été forcés de trouver des façon plus discrètes de se faire voir, du moins jusqu’à ce qu’ils créent les publicités intrusives d’aujourd’hui. Arment prône le blocage des publicités intrusives comme façon d’envoyer le message aux annonceurs qu’il n’est pas payant de ne pas respecter les lecteurs. Les annonceurs préféreront passer des pubs plus discrètes et recueillir peu ou pas de données personnelles que de ne passer aucune pub, rétablissant ainsi un équilibre.

Rejoindre le grand public

La communauté Web et techno est très mobilisée sur cet enjeu. Même les éditeurs de sites réputés admettent qu’il y a un problème et qu’il faut y remédier. Mais le débat se joue-t-il uniquement dans une certaine presse spécialisée, peu accessible aux profanes? Heureusement non. Le New York Times a publié un article à ce sujet. On y rapporte notamment la prédiction que l’expérience d’un Internet plus rapide et d’une batterie qui se décharge beaucoup moins vite vont mener à un succès viral des bloqueurs de pubs.

Sources

Mary Beth Quirk. Target Figures Out Teen Girl Is Pregnant Before Her Father Does, Sends Helpful Coupons. Consumerist. 2012-02-17 http://consumerist.com/2012/02/17/target-figures-out-teen-girl-is-pregnant-before-her-father-does-sends-helpful-coupons/

Dean Murphy. An hour with Safari Content Blocker in iOS 9. Murphyapps.co. 2015-06-24. http://murphyapps.co/blog/2015/6/24/an-hour-with-safari-content-blocker-in-ios-9

Dean Murphy. Crystal Benchmarks. Murphyapps.co. 2015-08-22. http://murphyapps.co/blog/2015/8/22/crystal-benchmarks

Rene Ritchie. An hour on Safari content blockers… and iMore. iMore. 2015-06-17. http://www.imore.com/and-hour-safari-content-blockers-and-imore

Nick Heer. iOS 9, El Capitan, Safari Content Blockers, and Shit-Ass Websites. PixelEnvy.com. 2015-06-29. http://pxlnv.com/linklog/safari-content-blockers-shit-ass-websites/

Farhad Manjoo. Ad Blockers and the Nuisance at the Heart of the Modern Web. New York Times. 2015-08-19. http://www.nytimes.com/2015/08/20/technology/personaltech/ad-blockers-and-the-nuisance-at-the-heart-of-the-modern-web.html?_r=0

Marco Arment. The ethics of modern web ad-blocking. Marco.org. 2015-08-11. http://www.marco.org/2015/08/11/ad-blocking-ethics

Owen Williams. iOS 9 content blocking will transform the mobile Web: I’ve tried it. The Next Web. 2015-08-25. http://thenextweb.com/apple/2015/08/24/ios-9-content-blocking-will-transform-the-mobile-web-ive-tried-it/

Marco Arment, John Siracusa, Casey Liss. Technical Countermeasures. Accidental Tech Podcast. 2015-08-14. http://atp.fm/episodes/130

http://daringfireball.net/2015/07/safari_content_blocker_imore

Le jeu Minecraft à l'université: « Du chocolat pour recouvrir le brocoli »
Des prix pour promouvoir la production multimédia en formation

Commentaires

  1. Très bon article. Je surveille ce phénomène depuis assez longtemps, surtout du point de vue de la sécurité, et il est clair que le modèle actuel de financement des sites web est brisé… La plus récente mouture de Windows (Windows 10) vient d’ailleurs mettre de l’avant les ratés du profilage, quoique la compagnie a au moins le mérite d’être plus transparent que certains de ses compétiteurs (notamment, Google!) en donnant davantage de contrôle à l’usager qui peut désactiver plusieurs options liées au partage d’information avec la compagnie de Redmond et des partenaires potentiels.

    Si vous êtes intéressées, voici un article tout récent qui vient comparer les performances des différents outils de blocage: https://www.raymond.cc/blog/10-ad-blocking-extensions-tested-for-best-performance/

Exprimez-vous !

*