Pour des plans de cours centrés sur l’apprenant

Dans un récent numéro de Faculty Focus, Lolita Paff, professeure à la Pennsylvannia State University, explique comment le ton de ses plans de cours a changé afin de favoriser un climat d’apprentissage dans sa classe.

“There’s a shift in emphasis from ‘What are we going to cover?’ to ‘How can the course promote learning and intellectual development in students?’ So it’s going to contain roughly the same information, but the language used to convey the policies, procedures, and content is different in order to foster a more engaging and shared learning environment.” (Bart, 2015)

Plutôt que se vouloir un contrat entre elle et ses étudiants (ce qui créerait une dynamique de confrontation) ou de devenir un document prescriptif qui tente de prévenir toutes les contingences (plagiat, retards, harcèlement, etc.), le plan de cours de Mme Paff accompagne les étudiants dans leur acquisition de connaissances. Ainsi, un tel document comprend…

  • La raison d’être des objectifs du cours, des travaux et de l’évaluation;
  • Des modalités (nature et pondération des travaux, etc.) décidées conjointement avec les étudiants;
  • Des mises en garde quant à d’éventuelles difficultés avec la matière;
  • L’opportunité pour les étudiants d’y intégrer leurs attentes face à l’enseignant;  
  • Des suggestions pour rester motivé et concentré (Recommendations for staying on track).

Source: Bart, Mary, « How a Leaner-Centered Syllabus Helps Set the Tone for Learning« , Faculty Focus, 29 juillet 2015 

Incapacité des universités à comprendre et répondre aux besoins des étudiants internationaux?
Interne: réorganisation à la direction de l'UQAM et nouveaux joueurs à Ottawa et Poly Mtl

Commentaires

  1. Jean Goulet a écrit:

    Je crois que c’est une erreur de voir le plan de cours comme un contrat. L’analogie que je présente toujours aux étudiants est plutôt un budget! Voici ce qu’on pense faire dans les trois prochains mois, à quel rythme, etc. Il se peut qu’il y aie des dépassements à certains endroits parce qu’il faut aller plus lentement, mais on devrait pouvoir se reprendre ailleurs. On essaie le plus possible d’arriver au déficit zéro!

Exprimez-vous !

*