Incapacité des universités à comprendre et répondre aux besoins des étudiants internationaux?

Alors que le Royaume-Uni détient une grande part de l’ensemble des étudiants internationaux (12,6 %), les perspectives d’avenir semblent incertaines quant à la capacité des institutions britanniques à maintenir cette part de marché. Les inscriptions d’étudiants internationaux ont significativement diminuées en 2013-2014.

Outre les facteurs plus généralement cités expliquant cette diminution telles l’augmentation de la concurrence mondiale ou les politiques migratoires, l’incapacité des universités britanniques à réellement comprendre les besoins des étudiants internationaux et à y répondre est aussi à investiguer.  Les stratégies ayant mené à une vision binaire séparant les étudiants locaux des étudiants internationaux sont au coeur des interrogations.

« Universities need to change their perceptions about how students learn and why they are here. Students today – whether home or international – have access to multiple ways of learning. They make use of a range of learning sites both physical and virtual. The so-called “passive Asian students” are very smart users of modern technology and are well connected with the online world. They are already international.

Some of the undergraduate international students from non-EU countries come to the UK because they are not able to secure a place in the best universities in their home countries.

The UK has been a popular destination since English language has become the international language of academic publications and so on. But the myth that the only reason behind the choice of coming to UK is the quality and reputation of our higher education system. This has led to the assumption that international students come to the UK to escape the less sophisticated, traditional national education systems. »

L’article plaide pour que les universités changent leurs perceptions des étudiants internationaux et s’intéressent à leurs motivations et besoins réels. Alors que les étudiants internationaux ne peuvent être considérés comme un bloc monolithique, il n’est pas utile non plus de focaliser à outrance sur les différences culturelles.

Selon ce que rapportait Radio-Canada à la suite de la publication du rapport du Bureau canadien de l’éducation internationale, les universités canadiennes ont également des défis à relever en matière d’intégration des étudiants internationaux. Qu’en est-il des universités québécoises? Comment réussissez-vous à permettre un véritable échange culturel et pédagogique d’égal à égal dans vos classes et vos programmes?

Sources: 

Welikala, Thushari. 2015. « Universities don’t understand how international students learn« . The Guardian, 3 juillet.

Kandiko Howson, Camille . 2014. « Drop in foreign student numbers: are UK universities too complacent? » The Guardian, 4 avril.

Larouche, Éric. 2014. « Le Canada attire les étudiants étrangers, mais peine à les garder« . Radio-Canada, 21 novembre.

 

 

 

Des données à jour sur l'apprentissage en ligne au pays
Pour des plans de cours centrés sur l'apprenant

Exprimez-vous !

*