Radio-Canada Estrie: le futur maintenant

La semaine dernière, une équipe du SSF a eu la chance de visiter les studios de Radio-Canada Estrie (R-C Estrie). Lors des dernières coupures en mars derniers à la SRC, il y a eu beaucoup de pertes d’emplois dans tous les réseaux de la SRC à travers le pays. La ville de Québec à même perdu son bulletin régional de nouvelles télé du midi. R-C Estrie a survécu aux coupures puisque le projet d’un nouvel aménagement sur la rue King était déjà en cours de route. R-C Estrie a donc réunit sous un même toit la télé, la radio et le web, ainsi que tout le soutien aux productions télé et radio afin de maximiser ses ressources humaines.

Par exemple, une salle de rédaction commune permet à certains journalistes d’alimenter autant la télé la radio que le web. Les journalistes télé effectuent leurs propres montages télé sur logiciel  Avid Assist, directement envoyés au serveur lorsque complétés  pour la mise en ondes. Les caméras robotisées, les serveurs, la technologie de pointe permettent de réduire le nombre de personnel nécessaire aux productions. La SRC utilisera cet exemple d’implantation pour d’autres projets similaires à travers le pays. Salles de montage, serveurs, éclairages, caméras avec contrôle à distance sont des applications que nous retrouvons déjà aux SSF, mais que nous travaillons constament à améliorer. Les budgets sont différents, mais cette visite peux nous guider grandement dans nos orientations. En terminant, l’ajoût prochain de bulletins de nouvelles durant la fin de semaine permettra de créer des emplois, faut-il le rappeler en ce contexte de coupures.

Portables en classe: un coup de sonde interne
Interne : L'UO passe à l'OA!

Commentaires

  1. Daniel Laroche a écrit:

    Bien juste un petit commentaire,
    C’est vraiment super d’un point de vue technologique, mais en même temps ce n’est pas des plus super pour les gens du métier. Dans l’implantation des nouveaux locaux de Radio-Can, plusieurs professionnels du secteur de la télévision y ont perdu leurs emplois. Et ça tend aussi à banaliser le métier de tech audio-visuel. Il y a aussi à TVA où maintenant le journaliste devient – oh merveille – caméraman-monteur… Dans les grands réseaux, les mises en ondes ne sont plus locales mais contrôlées à distance, alors qu’un technicien(ne) contrôle l’aiguillage de plusieurs stations simultanément. Et il y aussi dans certaines institutions universitaires bien connues des situations où un peu tout le monde s’improvise expert en technologie des médias… J’espère que nos capsules du SSF ne seront pas produites par des robots !!

Exprimez-vous !

*