Le Carrefour d’innovation en technologies écologiques voit le jour

L’UdeS, l’entreprise Protec-Style et la Ville de Granby annonce le lancement du Carrefour d’innovation en technologies écologiques.

L’Université de Sherbrooke établira dès l’automne 2015 un Carrefour d’innovation en technologies écologiques (CITE) à Granby […]. Initiative de l’UdeS et de Protec-Style, la création de ce Carrefour permettra un maillage dynamique entre la recherche et le développement technologique. La Faculté de génie en sera le maître d’œuvre, assurant les activités de recherche avec l’objectif de répondre aux besoins d’innovation et de formation des entreprises manufacturières de la région dans le secteur des matériaux écologiques.

Nouveaux matériaux écologiques

«Plusieurs entreprises travaillent avec les polymères. Ce qui nous distingue, c’est l’idée de textile à saveur écologique. On veut inventer des nouveaux matériaux», explique le professeur Robert. Le domaine de recherche ciblé par le Carrefour vise la création de matériaux les plus écologiques possible, biodégradables ou recyclables, dans une optique de diminution de l’enfouissement de matériaux non récupérables. On veut aussi valoriser la matière naturelle pour faire des nouveaux matériaux plus performants et ainsi pouvoir remplacer les matériaux à base de combustibles fossiles ou qui demandent une grande énergie pour être produits, comme la fibre de verre ou la fibre de carbone. Les fibres ciblées dans leurs recherches sont les fibres d’asclépiade, de lin, de bambou, toutes des fibres faciles à cultiver.

Au carrefour de la recherche, de la formation et de l’entrepreneuriat

Mathieu Robert [professeur à la Faculté de génie] s’exalte: «Cette initiative permettra l’atteinte de trois objectifs majeurs : premièrement, faire de la recherche, deuxièmement, offrir de la formation – à la fois pour les ingénieurs déjà en place dans les entreprises partenaires et pour les étudiants de la Faculté de génie – et, troisièmement, favoriser l’entrepreneuriat. Le contexte sera vraiment favorable aux entreprises dérivées.» Fait intéressant, les entreprises motivées par le développement écologique ne compétitionnent pas entre elles. «Souvent visionnaires et innovatrices, elles ont une vision de société, elles recherchent un but commun. C’est tellement motivant! Et on tenait au mot Carrefour. Les besoins réels des partenaires industriels sont rencontrés, c’est un mariage naturel.»

Source:

Vicky Gauthier. 2015. « Le pouvoir de la fibre naturelle ». Université de Sherbrooke.

Interne: Des ateliers de développement de carrière pour étudiants handicapés à l'UOttawa
Interne: L'UQTR se positionne en formation à distance

Exprimez-vous !

*