Interne: L’Université d’Ottawa multiplie les moyens pour amener les filles aux sciences

À l’Université d’Ottawa (UO) comme partout en occident, intéresser les filles aux sciences et notamment à l’informatique représente un défi de taille.  Nathalie Vallières, liaison à la Faculté de génie de l’UO, nous rappelle que 85 % de génie des étudiants sont encore masculins.  Elle a donc contribué à la mise en place d’ateliers pour les adolescentes appelés Go Code Girl/ Allez coder les filles.

« With the support of Professor Catherine Mavriplis, Chair of NSERC, I created a collaborative workshop with Carleton University.  Instructors Gail Carmichael (Carleton) and Emilie Cobbold (uOttawa) have been instrumental in developing a curriculum that is relevant and appealing.  The two-day interactive workshop teaches participants basic programming, web development and gives them a chance to play with hardware such as Raspberry Pi’s and Arduinos. » (Vallières, 2015)

Compte tenu du succès qu’ont obtenu les premières éditions de l’événement et du soutien de l’organisme ONWIE (Ontario Network of Women in Engineering), sept universités ontariennes offrent désormais ces ateliers.

Par ailleurs, la chaire Pratt & Whitney Canada pour les femmes en sciences et génie pour l’Ontario (détenue par la Pre Catherine Mavriplis) a présenté pour la troisième année 30 portraits d’ingénieures en 30 jours au cours du mois de mars, Mois national de l’ingénierie.  En plus de ces portraits, on a tourné trois vidéos d’ingénieures dans différents milieux de travail qui répondent à la question: « Ce qui est le plus ‘cool’ dans mon travail, c’est… »  Le tout est relayé sur les réseaux sociaux (notamment sur Twitter) par les mots-clic « #30in30 » et « #iEngineer ».  On invite évidemment les internautes à se « joindre à la conversation ».

Sources: 

Larocque, Jennifer, « Women in Engineering Tell Inspiring Stories« , uOttawa Gazette, 2 avril 2015

Vallières, Nathalie, « Celebrating Girls Who Code« , uOttawa Gazette, 23 mars 2015

 

 

Créativité, innovation... des mots qui perdent leur sens à force d'être galvaudés
L'accompagnement de la classe inversée dans 3 universités américaines

Exprimez-vous !

*