Au tour de la France de réagir aux doctorats professionnels

C’est Sciences Po qui a déclenché le débat alors que cette institution a envisagé le projet de créer un doctorat professionnel de 2 ans en administration des affaires.  Voici deux réactions.

Dénonçant « la vente de diplômes aux enchères », un collectif de jeunes chercheurs a pris la plume pour s’inquiéter d’« un grand nombre de menaces en termes d’intégrité, de qualité de la recherche, et de qualification de détenteurs de diplôme sur le site », dans un texte publié par Rue89, le 23 février.

La Commission permanente du conseil national des universités (CPCNU) avait aussi mis en garde, dans un communiqué en février, contre la multiplication de ces « diplômes d’université d’un nouveau genre, présentés comme doctorats sous des dénominations diverses (qui) répondent principalement aux attentes professionnelles des cadres supérieurs économiques et administratifs qui souhaitent obtenir rapidement un PhD pour accroître la valeur marchande de leur CV sur des marchés professionnels internationaux ou sur des postes dans des entreprises qui recrutent désormais dans le cadre d’une compétition internationale ».

Les diverses réactions françaises font écho aux propos du Conseil supérieur de l’éducation :

En ce qui concerne particulièrement les programmes de doctorat professionnel, même s’ils semblent peu nombreux au Québec, leur nombre est en croissance dans d’autres provinces canadiennes et ailleurs dans le monde. Le Conseil s’interroge sur les conditions qui sont mises en œuvre pour s’assurer que ces programmes rejoignent les finalités du doctorat, celui-ci consistant historiquement en une formation à et par la recherche et ayant comme objectif la formation d’un chercheur. Il note que seule l’appellation des grades semble permettre de distinguer le doctorat professionnel. Ses observations le conduisent à souhaiter une différenciation claire des deux types de doctorat en vue de préserver la spécificité des uns et des autres, d’encadrer une éventuelle croissance des programmes de doctorat professionnel et de permettre un suivi différencié des cohortes concernées. (p. 81)

Pour le moment, Sciences Po a reculé, mais ce n’est qu’une question de temps avant que le débat reprenne, là-bas comme ailleurs. C’est un débat de fond.

 Sources –

de Tricornot, Adrien. Le doctorat menacé par la création de nouveaux diplômes. Le Monde Campus. 25 février 2015.

Conseil supérieur de l’éducation. Pour une vision actualisée des formations universitaires aux cycles supérieurs. Octobre 2010.

Le Carrefour d’innovation en technologies écologiques voit le jour
BD cathartique sur le parcours doctoral

Exprimez-vous !

*