Vision de Tony Bates sur le changement de paradigme en enseignement supérieur

Ma collègue Francheska Gaulin a déniché un article de Fabien Soyèz dans le NousVousIls, une publication Française en éducation, où l’on fait état des travaux de Tony Bates qui est à écrire un e-book sur la formation à l’ère du numérique.

Trois constats:

  1. Les MOOC ne sont probablement pas la révolution annoncée.
  2. Les REA (ressources d’enseignement et d’apprentissage) libres correspondent davantage à un changement de paradigme.
    « Open educational resources do have an important role to play in online education, but they need to be properly designed, and developed within a broader learning context that includes the critical activities needed to support learning, such as opportunities for student-instructor and peer interaction, and within a culture of sharing, such as consortia of equal partners and other frameworks that provide a context that encourages and supports sharing. In other words, OER need skill and hard work to make them useful, and selling them as a panacea for education does more harm than good. » (Bates, 2015)
  3. Le rôle du professeur d’université changera forcément à partir du moment où la connaissance devient plus largement accessible sur le Web.

« Pour Tony Bates, le professeur d’université devra proposer “un contenu différent de ce que l’on peut trouver sur Internet” et proposer aux étudiants de trouver eux-mêmes ce contenu “disponible ailleurs”, afin de leur permettre, entre autres, de “développer des compétences (la recherche et la gestion des connaissances) par la pratique”. L’enseignement évoluerait ainsi “de la transmission de l’information” vers “la recherche, le tri et la hiérarchisation des connaissances, sous l’égide d’un enseignant, venant en soutien”  […] « Le rôle du professeur changera : “il fournira des conseils aux étudiants sur où et comment trouver du contenu, et sur comment évaluer la pertinence de la fiabilité des contenus”, indique Tony Bates. L’enseignant aidera aussi les élèves à “analyser et à présenter l’information”. ». (Soyèz, 2015)

C’est ce que nos collègues conseillères pédagogiques répètent depuis quelques temps déjà, notamment dans une optique de lutte au plagiat.

Sources:

Bates, Tony, « The implications of ‘open’ for course and program design: towards a paradigm shift« , Online Learning and Distance Education Resources, 18 février 2015

Soyèz, Fabien, « Ressources éducatives libres : un “changement de paradigme” pour l’université ?« , NousVousIls, 2 mars 2015

Plagiat ou comment ne pas appeler un chat un chat
Google Cardboard: un casque de réalité virtuelle à faire soi-même

Commentaires

  1. Francheska Gaulin a écrit:

    Il me semble bien que le livre de Tony est aujourd’hui complété :
    http://opentextbc.ca/teachinginadigitalage/

Exprimez-vous !

*