Intégrité en recherche : signature d’une charte nationale de déontologie des métiers de la recherche (France)

Le monde scientifique français vient de se doter d’une charte visant à expliciter les critères d’une démarche scientifique rigoureuse et intègre, applicable notamment dans le cadre de tous les partenariats nationaux et internationaux, afin de consolider le lien de confiance entre la société et les organismes et établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche, dans une société de la connaissance et de l’innovation.

La charte nationale, dont on dit qu’elle est une déclinaison nationale des principaux textes internationaux dans ce domaine : la Charte européenne du chercheur (2005) ; the Singapore statement on research integrity (2010) ; the European code of conduct for research integrity (ESF-ALLEA, 2011), comprend sept principes :

  1. respect des dispositifs législatifs et réglementaires
  2. fiabilité du travail de recherche
  3. communication
  4. responsabilité dans le travail collectif
  5. impartialité et indépendance dans l’évaluation et l »expertise
  6. travaux collaboratifs et cumul d’activités
  7. formation

Parmi les signataires de cette charte on retrouve le CNRS, l’Inserm, l’Inra, l’Inria, l’IRD, le Cirad, l’Institut Curie et les universités, représentées par la CPU.

Cette charte française de déontologie n’est pas sans rappeler la Politique sur la conduite responsable en recherche des FRQ adoptée en juin 2014 et qui entrera en vigueur le 15 septembre 2015.

 Sources –

Maisonneuve, Hervé. BRAVO pour la Charte nationale de déontologie des métiers de la recherche. Rédaction médicale et scientifique (blogue). 6 février 2015.

Comité d’éthique du CNRS. Signature de la charte nationale de déontologie des métiers de la recherche 29 janvier 2015. CNRS-Actualités. 4 février 2015.

 

L'UdeS parmi les plus vertes au monde
Quels critères pour éliminer des programmes?

Exprimez-vous !

*