Pédagogique Point chaud / en émergence Technologique

Une seconde vague de MOOC favoriserait la recherche sur l’apprentissage

Marc Couture me fait suivre un article du Inside Higher Ed sur ce que certains commentaires ont appelé les MOOC 2.0.  L’auteur est un professeur de biologie de Harvard qui travaille maintenant à titre de chef de projet pour HarvardX, l’initiative MOOC de la prestigieuse université.

D’après Thomas, alors que la première vague de MOOC (2012-2013) s’intéressait davantage à la mise en marché de la formation en ligne gratuite, cette nouvelle vague “2.0” “post-engouement” cherche à identifier les meilleures pratiques pour l’enseignement à de très grands groupes d’étudiants.  Il encourage les formateurs qui se lancent dans les MOOC à s’attaquer à des questions assez fondamentales:

  • How much are MOOC students actually learning?
  • What makes a course the most engaging?
  • What assessment types promote learning?
  • Do different disciplines benefit from different styles of online teaching?
  • How does the type of content (e.g. text vs. video) affect learning?
  • How does user experience and the production value of videos impact student retention and learning?
  • What types of student interactions promote learning and retention?
  • Can instruction be personalized in a way that promotes learning? 

Outre le petit vade-mecum qu’il propose pour ceux qui seraient tentés par l’aventure de la recherche en apprentissage que permettent les MOOC (grâce au très grand nombre de “sujets” étudiés), il donne la référence à une revue de littérature en sciences de l’éducation proposée par son collègue Joseph Williams.  Il semble y avoir là du matériel très riche.

Source: Thomas, Marshall,  “MOOC Research Learning Curves“, Inside Higher Ed, 3 décembre 2014

Interne: l'UQAM rejoint Concordia dans la recherche sur l'apprentissage
Un livre qui aide à comprendre l'apport des technologies pour l'apprentissage

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé est coordonnateur de la veille et de la gestion des connaissances au SSF. C'est également le rédacteur en chef de L'éveilleur. De par ses fonctions, il se doit d'être touche-à-tout, mais il s'intéresse particulièrement à l’identification et au développement de compétences transversales (numériques et humaines), aux caractéristiques des nouvelles clientèles étudiantes, aux nouveaux espaces d'apprentissage, aux nouvelles formes de certification, ainsi qu'à l’intégration de récits à la formation.

Laisser un commentaire