Entre scepticisme et auto-suffisance: sondage sur les perceptions des professeurs vis-à-vis les technologies

Alors que le débat relatif aux avantages et limites des MOOC semble quelque peu s’atténuer, il en est tout autre en ce qui concerne le rôle et la place que prend la formation à distance (FAD) dans les universités. Pendant que de plus en plus de professeurs se lancent et expérimentent les différentes modalités de formation possibles, ces derniers continuent à croire que les étudiants qui suivent des cours offerts à distance vivent forcément une expérience inférieure au présentiel.  À ce titre, un récent sondage mené par Inside Higher Ed auprès de 2799 membres du corps enseignant ainsi que 288 administrateurs en soutien aux technologies dans des universités américaines donne les résultats suivants:

  • Presque tous les membres du corps professoral et les administrateurs soulignent l’importance d’encourager des interactions significatives entre les professeurs et les étudiants pour assurer la qualité de la formation offerte en ligne, et que cet élément est trop souvent absent des cours en ligne;
  • Une majorité des membres du corps professoral ayant une expérience en enseignement en ligne disent encore que ces cours donnent des résultats inférieurs aux cours offerts en présence;
  • Les membres du corps professoral sont massivement opposés à ce que leurs institutions respectives embauchent  des «facilitateurs » externes pour gérer une partie de l’encadrement des étudiants suivant des cours en ligne, même à des fins de marketing;
  • Les enseignants en sciences humaines sont les plus susceptibles à souligner qu’ils ont bénéficié de l’intégration des technologies dans leur enseignement – mais que les solutions technologiques et les outils ont été surévalués.

Seulement 26% des répondants croient que la FAD peut donner des résultats équivalents à la formation en présentiel, une légère hausse comparativement aux résultats obtenus dans le sondage de l’an dernier (20% des répondants).  Les professeurs titulaires seraient les plus critiques face à la FAD, soit un peu plus de la moitié d’entre eux (52%) alors que les autres intervenants, qu’ils soient expérimentés ou non, sont aussi critiques de l’approche (34% et 38%, respectivement).

Le rapport complet est gratuit et peut être téléchargé après avoir rempli un court formulaire disponible sur le site de Inside Higher Ed.

Source:  Straumsheim, Carl. « Online Ed Skepticism and Self-Sufficiency: Survey of Faculty Views on Technology« . Inside Higher Ed, 29 octobre 2014.

Une infographie sur l'intérêt des jeux pour l'apprentissage
Les Amphis du Savoir de l'Université de Poitiers

Exprimez-vous !

*