Plagiat : une école de médecine allemande prend le taureau par les cornes

À l’invitation des organisateurs d’un colloque pour les étudiants aux études avancées en médecine de l’université de Münster, Debora Weber-Wulff, professeure allemande et responsable du blogue Copy, Shake, and Paste, a donné une conférence sur le plagiat à une assistance de près de 130 personnes, composée d’universitaires mais également du public en général. C’est que l’université de Münster a fait les manchettes dernièrement alors qu’on révélait que 23 thèses doctorales en médecine présentaient des similitudes dans le texte qui pourraient s’avérer être du plagiat.  Le doyen de l’école de médecine a fait preuve de courage institutionnel en invitant une spécialiste du plagiat à venir parler ouvertement de la situation et en participant activement à la discussion.

L’article comprend des éléments historiques quant à l’importance du titre de docteur en Allemagne.

En conclusion, Weber-Wulff a parlé des moyens de contrer le plagiat et d’inculquer des pratiques d’intégrité scientifique, comme le fait que l’école de médecine rendra obligatoire des cours de rédaction scientifique et de processus de recherche. Par ailleurs, toutes les thèses acceptées au cours des dernières années seront passées dans un logiciel de détection de similitudes. De plus, toutes les thèses doctorales en médecine seront rendues publiques, car elles ne le sont pas, ce que le doyen ignorait!

Weber-Wulff estime que les universités doivent faire preuve de transparence dans le traitement des cas de plagiat : Since the doctorate was granted in public, it must also be publicly announced when it has been rescinded. That means naming the person. If they published a plagiarism, they have to accept the consequences. If the degree is kept and the grade lowered, or an expression of concern written, this needs to made public as well. The text parallels are visible to all, as both dissertation and source are published. The reasons why this is acceptable need to made clear: perhaps the plagiarism was the other way around, the supposed source may have been published first. If the reason for not rescinding a doctorate is that the advisor told the doctoral student to do so, all the more reason for it to be made clear that this advisor has problems with good scientific practice. Science does not thrive in secrecy.

Enfin, elle considère que les universités ont parfaitement le droit de retirer un doctorat puisque ce sont elles qui l’ont octroyé.

Source: Weber-Wulff, Debora. Münster tackles plagiarism head-on. Copy, Shake, and Paste (blogue). 15 novembre 2014.

MyGradSkills : une plateforme collaborative pour les compétences professionnelles aux études supérieures
Un site pour centraliser l'offre de cours en ligne des universités ontariennes

Exprimez-vous !

*