Plagiat et demandes de subventions (Suisse)

Tout comme les organismes subventionnaires canadiens et québécois, le Fonds national suisse (FNS) de la recherche scientifique a eu à faire face à des cas de plagiat et de citations incorrectes dans les demandes de subventions qui lui ont été soumises. Ces cas lui ont été signalés par les experts chargés d’évaluer les demandes et par des contrôles aléatoires des demandes à l’aide d’un logiciel de détection de similitudes dans le texte.

Entre octobre 2010 et octobre 2012, il y a eu 6 cas de plagiat ou de citation incorrecte avérés : 3 provenaient de signalements par des experts et 3 ont été découverts lors de contrôles aléatoires. Voici un résumé des 6 cas.

Origine du soupçon – Expert.  Résultat de l’enquête – D’importants passages de textes issus de cinq sources différentes ont été utilisés dans le plan de recherche sans être correctement cités.  Les textes copiés totalisent un peu plus de 1900 mots, correspondant à environ 20% du plan de recherche. Ils concernent l’introduction, les méthodes ainsi que des généralités. La gravité de la faute a été atténuée par l’absence de plagiat de résultats de recherche ou d’idées. Les sources copiées sont mentionnées dans le texte ainsi que dans la bibliographie, suggérant que le plagiat n’était pas intentionnel. Les références ne sont toutefois pas indiquées de manière à ce que les emprunts soient clairement identifiables par le lecteur.  Le fait que la personne requérante soit expérimentée et à un stade avancé de sa carrière a été considéré comme élément aggravant.  Sanction – Interdiction de soumettre une requête pour une durée de 12mois. (y compris suspension de l’évaluation durant l’enquête)

Origine du soupçon – Expert.  Résultat de l’enquête – D’importants passages de textes issus de trois sources différentes (dont Wikipedia) ont été utilisés dans le plan de recherche sans être correctement cités.  Les textes copiés totalisent un peu plus de 1300 mots, correspondant à environ 11,5% du plan de recherche. Ils concernent l’introduction du plan de recherche, dont les formulations sont reprises à  30%.  La gravité de la faute a été atténuée par l’absence de plagiat de résultats de recherche ou d’idées.  Les sources originales correspondantes ne sont pas mentionnées dans le plan de recherche et n’apparaissent pas dans la bibliographie.  Le fait que la personne requérante soit expérimentée et à un stade avancé de sa carrière a été considéré comme élément aggravant.  Sanction – Interdiction de soumettre une requête pour une durée de 12mois. (y compris suspension de l’évaluation durant l’enquête)

Origine du soupçon – Contrôle aléatoire.  Résultat de l’enquête – D’importants passages de textes issus de sept sources différentes ont été utilisés dans le plan de recherche sans être cités.  Les textes copiés totalisent un peu plus de 1200 mots, correspondant à environ 12% du plan de recherche.  Tous proviennent d’auteurs qui ne participent pas au projet. Ils concernent l’introduction, les méthodes ainsi que des généralités.  Un-e membre de l’équipe de recherche assume l’entière responsabilité de la situation.  La gravité de la faute a été atténuée par l’absence de plagiat de résultats de recherche ou d’idées et du fait que les requérant- e-s se ont admis la faute. Par ailleurs, la jeunesse du/de la requérant-e assumant la responsabilité du plagiat a été considérée comme une circonstance atténuante. Le Conseil de la recherche est d’avis que la confiance est un principe important au sein d’une équipe de recherche. Cependant,le/la requérant-e responsable porte une responsabilité particulière aussi bien sur le plan administratif que scientifique, et cette responsabilité ne peut pas être déléguée.  En conséquence, le/la requérant- e assumant la responsabilité et le/la requérant-e responsable ont reçu un avertissement.  Sanction – Blâme écrit aux deux requérant-e-s

Origine du soupçon – Contrôle aléatoire.  Résultat de l’enquête – Environ 1000 mots d’un article de revue ont été utilisés dans l’introduction du plan de recherche (13%), sans que le texte ne soit correctement signalé comme citation.  Le texte a été rédigé par un-e requérant-e, coauteur de l’article. Le groupe de recherche signale que les passages incriminés dans le plan de recherche et dans l’article ont été rédigés par la même personne. Eu égard à la nature générale et introductive du texte et à son volume, la faute a été considérée comme légère.  Dans cette situation,on ne peut de plus pas parler de plagiat au sens étroit du terme, vu qu’un-e requérant-e détient la propriété intellectuelle du texte copié. L’omission de la citation ne permet toutefois pas de reconnaître les autres auteurs de l’article comme il se doit, et trompe le lecteur quant à l’originalité de la formulation du texte. Ce comportement incorrect est sanctionné par un blâme.  Sanction – Blâme écrit aux deux requérant-e-s

Origine du soupçon – Contrôle aléatoire.  Résultat de l’enquête – 800 mots ont été reproduits d’un article de revue dans l’introduction sans en faire la citation.  Les auteurs de l’article n’ont aucun lien avec la requête de l’équipe de recherche.  Le passage copié correspond à 24% de l’introduction et à 16% de la totalité du plan de recherche. La gravité de la faute a été atténuée par l’absence de plagiat de résultats de recherche ou d’idées, et du fait que le/la requérant-e responsable a admis l’erreur et en a assumé la responsabilité.  Le fait que la personne requérante soit expérimentée et à un stade avancé de sa carrière a été considéré comme élément aggravant.  Sanction – Interdiction de soumettre une requête pou rune durée de 12mois.   (y compris suspension de l’évaluation durant l’enquête)

Origine du soupçon – Expert.  Résultat de l’enquête –Trois sous-projets sur cinq du plan de recherche (60% de la recherche planifiée) ont été copiés d’un article pas encore publié lors de la soumission de la requête, et ce sans que la source ne soit citée. Aucune des personnes impliquées dans le projet n’était auteur de l’article.  Le fait que les passages plagiés concernaient non pas l’état de la recherche ou l’introduction du projet mais l’idée concrète de recherche ainsi que l’approche méthodologique a été considéré comme aggravant.  Sanction – Interdiction de soumettre une requête pour une durée de 4 ans.

À la suite de cet exercice, le FNS a décidé de poursuivre l’utilisation du logiciel ainsi que les contrôles aléatoires et de continuer […] à sensibiliser au sujet du plagiat les expert-e-s, qui jouent un rôle essentiel dans la détection des fraudes.

Il serait intéressant de comparer les résultats d’enquête dans les cas de plagiat commis par des étudiants à ceux commis par des chercheurs.  La jeunesse, la légèreté de la faute, les erreurs dans les citations…  Le traitement est-il le même?  Et le plagiat dans un mémoire ou une thèse se trouve-t-il dans les mêmes sections : introduction, méthodes, généralités?  Que faut-il en comprendre?  Est-ce à mettre sur le compte de l’explosion de connaissance conjuguée à leur accessibilité sans précédent?

 

Source –

Fonds national suisse. Plagiat et citation incorrecte dans les requêtes déposées au Fonds national suisse. Rapport. Juin 2013.

 

Interne: L'intégration des clientèles émergentes: entre enseignement et intervention
Les premiers MOOC de la TÉLUQ

Exprimez-vous !

*