Confronter les croyances épistémologiques des étudiants pour les motiver

Selon Jennifer Anderson-Meger, professeure associée de travail social à la Viterbo University (Wisconsin), il est important de comprendre les croyances épistémologiques que les étudiants entretiennent face au savoir si on veut les amener à dépasser leur fixation sur les notes (i.e. passer de la motivation extrinsèque à une motivation intrinsèque).  Elle croit que la meilleure manière de motiver ses étudiants est en les confrontant vis-à-vis de ces croyances.  Elle s’est aperçu que les croyances relatives au savoir sont souvent le résultat d’expériences personnelles ou de relations avec leurs proches.  Elle rappelle que l’épistémologie explore les croyances que nous entretenons quant au savoir, ce qu’est le savoir, comment le savoir est construit et ce qui constitue le savoir.  Les croyances que l’on entretient relativement aux sources de savoir influencent la prise de décisions, guident la pensée critique et facilitent l’auto-apprentissage (Bakx, VanDer Sanden, Sijtsma, Croon, & Vermetten, 2006): « Helping students understand how their ideas are formed, the sources they use for the ideas, and the connection to critical thinking sets a foundation for students to engage in the learning process in a new way.  »

« …If the student believes the knowledge is relevant and important then the student is more likely to internalize her learning and work towards building more knowledge, rather than just focusing on the grade (Kuhn & Weinstock, 2002). I have seen students make this shift in classes to the point where they are just as interested in the feedback and how to improve as the grade. These students begin to demonstrate a willingness to examine how they construct knowledge and what this means to their future. » (Anderson-Meger, 2014)

Elle propose différentes stratégies pour faciliter ce développement épistémologique chez les étudiants:

  • permettre aux étudiants de choisir leur propre sujets de recherche;
  • encourager les discussions encadrées entre étudiants quant aux croyances vis-à-vis du savoir et leur impact sur l’apprentissage;
  • laisser les étudiants former leurs propres équipes de travail (et enseigner ensuite la résolution de conflits);
  • offrir une leçon magistrale (oui, un peu de magistral) sur ce qu’est l’épistémologie et comment elle influence l’apprentissage et…
  • concevoir divers exercices permettant aux étudiants de comparer plusieurs sources de savoir en vue de résoudre un problème complexe (dealing with a difficult scenario).

Ce genre de questionnement est aussi un comportement qu’il apparaît souhaitable de modéliser.  Un des commentaires qu’elle entend souvent après discussions est: « Ah, c’est pour cela qu’on nous montre à lire des articles scientifiques… »

Source: Anderson-Meger, Jennifer, « Examining Knowledge Beliefs to Motivate Student Learning  », Faculty Focus, 21 juillet 2014

De la distinction entre « compétence » et « maîtrise » d’un sujet
Citations à méditer (avant de produire)

Exprimez-vous !

*