Pédagogique

Les qualités d’une bonne politique sur l’intégrité intellectuelle

Lors de la 6th International Integrity & Plagiarism Conference (New Castle upon Tyne, 16-18 juin 2014), la professeure Tracey Bretag, à la tête du Exemplary Academic Integrity Project (EAIP), a présenté les résultats d’une analyse de politiques sur l’intégrité intellectuelle de plusieurs universités australiennes.

 

Sa recherche lui permet d’affirmer qu’une bonne politique sur l’intégrité intellectuelle doit posséder cinq qualités :

  • elle est accessible : facile à trouver et facile à lire,
  • elle conçoit l’intégrité intellectuelle comme un processus éducatif,
  • elle identifie clairement les acteurs et leurs responsabilités,
  • elle contient suffisamment de détails sans en être noyée,
  • elle est soutenue par des stratégies à long terme de mise en œuvre et de soutien.

 

Bretag encourage les universités à évaluer les actions en vue de soutenir l’intégrité intellectuelle et ce, afin d’en mesurer l’efficacité et la justesse.

 

 

Source-

Jonathan Bailey. The 6th International Integrity & Plagiarism Conference: Day Three. Plagiarism Today. 20 juin 2014.

 

Les «learning pills» ou «pilules de formation»
L’intégrité intellectuelle au-delà du respect d'une politique

À propos de l'auteur

Sonia Morin

Sonia Morin

Sonia Morin est linguiste de formation et se passionne, entre autres choses, pour les études supérieures, la pédagogie universitaire, l’intégrité et les littératies numériques. Elle aime explorer les angles morts et remettre en question les évidences. Elle est convaincue que le 21e siècle sera éthique ou ne sera pas.

Laisser un commentaire