Les nanodiplômes de Udacity: une autre forme de microcertification?

Suggéré par Sonia Morin.  Sebastian Thrun, l’homme qui a initié la frénésie des xMOOC en 2011 vient de lancer un autre pavé dans la mare de la formation supérieure en informatique: Udacity, sa compagnie qui a choisi de réorienter ses activités de formation vers l’entreprise privée, offrira dès l’automne 2014 des « nanodiplômes » (nanodegrees) en partenariat avec diverses entreprises technologiques, notamment AT&T.

“We are trying to widen the pipeline,” said Charlene Lake, an AT&T spokeswoman. “This is designed by business for the specific skills that are needed in business.”

Mr. Thrun sounded more ambitious about the ultimate goal: “It is like a university,” he told me, “built by industry.” (Porter, 2014)

C’est le modèle d’affaires actuel de Udacity qui l’amène dans cette direction alors qu’elle a aidé Google à développer des MOOC pour enseigner à ses employés la programmation de jeux en HTML5 et la programmation sur Android.  Udacity a aussi aider la compagnie de logiciels Cloudera à monter un MOOC pour enseigner à de potentiels consommateurs le fonctionnement de leurs systèmes d’analyse de données massives.

Une des difficultés des MOOC c’est qu’ils n’ont que peu d’intérêt pour de nouveaux étudiants voulant pénétrer le monde universitaire.  L’effet de démocratisation escompté est faible.  Toutefois, la clientèle des MOOC est souvent déjà scolarisée: « That’s not to say that MOOCs aren’t useful. There is a group that’s quite motivated to complete them: those who want to upgrade their skills to advance their careers. » (De Haas, 2014)  

On a déjà une idée des sujets couverts par les premiers nanodiplômes: ront-End Web Developer, Back-End Web Developer, iOS Developer.  Les nanodiplômes demanderont environ dix heures de travail par semaine pendant 6 à 12 mois pour un coût d’environ 200$/ mois, avec la possibilité d’accélérer dans le cursus si l’étudiant a déjà certaines connaissances dans le domaine.   Pas d’autres prérequis pour y entrer que de réussir un test démontrant la compréhension des concepts de base du sujet et une conversation avec un coach.   À la fin du « programme », l’étudiant développera un projet sous la supervision de son coach qui mettra en pratique ses nouveaux apprentissages: « At the end, you’ll have earned Verified Certificates for each course you completed, an industry-recognized nanodegree, and a portfolio of projects to signal to potential employers that you’re job ready. » (Udacity, 2014)

« « It may not offer all the advantages of a liberal arts education, but it could offer a plausible path to young men and women who may not have the time, money or skill to make it through a four-year or even a two-year degree.

AT&T will accept the NanoDegree as a credential for entry-level jobs (and is hoping to persuade other companies to accept it, too) and has reserved 100 internship slots for its graduates. Udacity is also creating NanoDegrees with other companies.

If all goes according to plan, Mr. Thrun says, Udacity will ultimately create an alternative approach to the “four years and done” model of higher education, splitting it into chunks that students can take throughout their lives.

“It’s a more focused education with less time wasted,” Mr. Thrun told me. “They can get a degree quickly, get a job and then maybe do it again.” » (Porter, 2014, nos emphases)

Une menace pour la formation universitaire?  Peut-être pas:

Sidneyeve Matrix, an associate professor of media at Queen’s University, sees some value but says they’re being oversold as a replacement for traditional credentials.

“This is trying to revive the whole idea of, ‘universities and colleges are going to be over because of online learning,’ ” she says. “But traditional credentials are in demand by employers because [universities and colleges] have strong brands.”

Employers appreciate the broad education, socialization and soft skills that are gained by studying on a physical campus, she says. »  (De Haas, 2014)

Il reste que ces « nanodiplômes » vont dans le sens de certifications plus granulaires, d’accès rapides, comme les badges et autres.

Sources:

Dehaas, Josh, « Are nano degrees the future?», Maclean’s, 20 juin 2014
Porter, Eduardo, « A Smart Way to Skip College in Pursuit of a Job », New York Times, 17 juin 2014
Udacity, « Introducing Nanodegrees – Industry credentials for today’s jobs in tech » (page web), 2014 [page consultée le 27 juin 2014]
Udacity, « Nanodegrees FAQ« , 2014 [page consultée le 27 juin 2014]

L'importance du design web adaptatif en formation en ligne et à distance
Documents numériques augmentés produits au Québec

Exprimez-vous !

*