Le PhD en langues et littérature doit être revu en profondeur (États-Unis)

La recommandation clé du rapport Task Force on Doctoral Study in Modern Language and Literature (2014) par la Modern Language Association, paru le 28 mai dernier, pourrait se formuler ainsi : que les départements conçoivent des programmes de PhD que les étudiants peuvent compléter en 5 ans.

Si le rapport laisse pleine latitude aux départements pour la restructuration curriculaire, il note toutefois, avec force, quelques changements significatifs qui seraient les plus appréciés: pacing and quantity of coursework; increasing student competencies beyond literary language and analysis; adding modes of evaluation; and altering the nature of the dissertation prospectus in the process.

Les recommandations du rapport sont les suivantes.

  1. Restructurer le programme de PhD
  2. Intégrer davantage les technologies
  3. Réinventer la thèse
  4. Réduire la durée des études
  5. Enrichir la préparation à l’enseignement
  6. Offrir plus d’occasions de professionnalisation
  7. Créer un climat de mentorat universitaire
  8. Revoir le rôle des « aviseurs » aux études supérieures
  9. Endosser et promouvoir la diversité des carrières pour les doctorants
  10. Revoir les conditions d’admission

Tout comme le rapport canadien White Paper on the Future of the PhD in Humanities, le rapport américain préconise une restructuration du PhD, sans toutefois aborder la possibilité d’une réduction du nombre de programmes et du nombre de doctorants.

Le sujet de la réforme du PhD en sciences humaines soulève quelques passions, comme en font foi les discussions entre les administrateurs et les enseignants rapportées dans la chronique du 2 juin d’Inside Higher Ed : ‘This Week @ Inside Higher Ed’: Doctoral Education Reform, Faculty-Administrator Conflict.

Source: Flaherty, Colleen. 5-Year Plan. Inside Higher Ed. 28 mai 2014.

La pédagogie des sciences humaines numériques? (livre)
PhD en sciences humaines : deux rapports (Canada et États-Unis)

Exprimez-vous !

*