Accompagner le développement de la pédagogie universitaire

Parmi les rôles d’une conseillère ou d’un conseiller pédagogoique, on retrouve celui d’accompagnateur dans le développement de la pédagogie universitaire, ou Scholarship of Teaching and Learning (SoTL). Plusieurs dépêches de L’éveilleur ont déjà porté sur ce sujet, dont Conseil pédagogique et “Scholarship of Teaching and Learning” (SoTL) : la cohabitation est-elle possible?

Aujourd’hui 30 mai 2014, Amaury Deale, docteur en sciences de l’éducation (Université de Genève) et conseiller pédagogique à l’Université de Lausanne, publie une dépêche sur ce sujet dans laquelle il rappelle les questions que se posent les enseignants qui s’intéressent à la pédagogie universitaire :

  • Quelles sont les pratiques pédagogiques qui soutiennent efficacement l’apprentissage des étudiants ?
  • Qu’est-ce que l’expérience d’apprentissage des étudiants dans l’enseignement supérieur ?
  • Quelles sont les pratiques d’enseignement possibles (avec ou sans usages de technologies) dans un contexte propre à chaque programme de formation ? Pourquoi ?
  • Quelles sont mes compétences en enseignement ? Comment les développer ?

Dans un article en préparation, on peut lire que les pratiques d’accompagnement des enseignantes et enseignants qui manifestent de l’intérêt pour la pédagogie universitaire se font sur différents axes, qui partent d’une étincelle :

modele-spiralaire-Biemar-2012

  • L’axe relationnel est fondamental pour mettre les ressources des uns et des autres en présence. Il s’agira pour l’accompagnateur d’amorcer, d’entretenir et de faire vivre la relation, de faciliter la communication. Cet axe est sans doute celui qui impulsera le premier mouvement du processus d’accompagnement.
  • L’axe de la négociation permet de clarifier le terrain de rencontre et de travail. Pour ce faire, l’accompagnateur veille à se donner une visibilité maximale du contexte de son intervention. Il élabore avec les différentes partenaires un contrat d’accompagnement (qui fait quoi, quand, comment, pour quoi) à rediscuter au fur et à mesure de l’accompagnement.
  • L’axe de la concrétisation (NDLR : action dans l’image) concerne le travail mené en partenariat autour du projet lui-même. L’accompagnateur crée et maintient une dynamique de travail en groupe autour du projet. Il anime, gère et amène des ressources pour faire évoluer le projet.
  • La visée ultime de tout accompagnement est que la personne accompagnée puisse “voler de ses propres ailes”. Pour se faire, il semble important de veiller à activer les ressources de la personnes accompagnée, en lui donnant la possibilité de les identifier, de les questionner et de les alimenter. C’est l’axe de l’autonomisation. L’accompagné pourra ainsi mieux prendre son autonomie et  réinvestir les compétences acquises dans d’autres contextes.

Daele a versé à la fin de sa dépêche un diaporama que lui et deux de ses collègues ont présenté à la conférence de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire (AIPU) qui s’est tenue à Mons en Belgique la semaine dernière (19-22 mai 2014)

Source: Deale, Amaury. Accompagner les enseignant-e-s dans le Scholarship of Teaching and Learning. Blogue Pédagogie universitaire – enseigner et apprendre en enseignement supérieur. 30 mai 2014.

Pour des « formations ouvertes » (open education) de qualité
Les MOOC ne disparaîtront pas, mais seront intégrés à la formation en ligne traditionnelle

Exprimez-vous !

*