Récits immersifs: vers de l’apprentissage sans interface?

Le magazine technologique radio La sphère était présentée cette semaine en direct de la Société des arts technologiques (SAT) à Montréal où se tient cette semaine un premier Symposium sur la créativité immersive.  Ce qui relevait encore récemment de la science-fiction est en train de devenir réalité.  Il y était beaucoup question des possibilités artistiques de technologies comme le casque Oculus Rift et la réalité virtuelle ou de considérations plus larges comme les conséquences de l’immersion sur la production de récits (« L’expérience immersive déplace le récit vers des territoires de plus en plus intimes, en utilisant la mise en scène de soi dans un environnement virtuel à l’intérieur de notre cerveau. »).  Pourtant, il n’est pas besoin de faire un grand effort de projection pour imaginer ce que des enseignants pourraient faire avec de tels outils…

J’ai trouvé particulièrement intéressants les segments sur la réalité augmentée utilisée en enseignement (notamment pour la formation à l’empathie de futurs médecins) de François Lemay et celui sur le neuro-gaming du chroniqueur Martin Lessard, pour les possibilités que cela ouvre pour la formation (« Finis les écrans et les manettes, avec le neuro-gaming, le cerveau humain sert d’interface. « On pourrait ainsi utiliser, explique Martin Lessard, les ondes cérébrales, la dilatation des pupilles ou une expression faciale pour les transformer en commandes pour un jeu! » »).

Source: Société Radio-Canada, émission La Sphère, 24 mai 2014

 

 

L'apprentissage inversé: une infographie renversante
L'inflation des notes n'est pas un problème selon certains auteurs

Exprimez-vous !

*