Une définition du « Flipped learning » pour en finir avec la « flipped classroom »

Ce n’est pas la première fois que Robert Talbert (sur son blogue Casting Out Nines) en parle, car il est clair qu’il sent le besoin de distinguer ce qu’est la «classe inversée» de ce qu’elle n’est pas.

Selon lui, il existe aujourd’hui suffisamment d’expériences et de recherches pour avancer une terminologie plus proche des usages qui se raffinent autour de cette approche. Un groupe d’éducateurs fait cette proposition qui apparaît à ses yeux fort pertinente:

«Flipped Learning is a pedagogical approach in which direct instruction moves from the group learning space to the individual learning space, and the resulting group space is transformed into a dynamic, interactive learning environment where the educator guides students as they apply concepts and engage creatively in the subject matter.»

Une définition qui a le mérite, contrairement à l’expression de «classe inversé», de mettre l’emphase d’abord et avant tout sur le processus d’apprentissage, plutôt que sur l’arrangement logistique.

Les protagonistes y précisent les 4 axes (basés sur l’acronyme FLIP) distinctifs et essentiels de cette approche :

  • Flexible environment – où les étudiants bénéficient d’une variété de ressources d’apprentissages et de moyens d’évaluation
  • Learning culture – construite autour de communautés de pratiques centrées sur l’apprenant
  • Intentional content – repenser ou plutôt «bien penser» le contenu, le transmettre dans le contexte approprié (ex. théorie «médiatisée», accessible en ligne avant les cours)
  • Professionnal educator – qui réfléchit à sa pratique, collabore avec ses pairs, se perfectionne

Source: Talbert, Robert, «Toward a common definition of flipped learning», blogue Casting Out Nines, 1er avril 2014.

 

Crowdsourcing et abonnement comme modèles économiques en formation?
Du cyber-harcèlement jusqu'à l'université, d'après une étude canadienne

Exprimez-vous !

*