L’apprentissage virtuel : c’est maintenant qu’il faut y penser!

Le Conseil canadien sur l’apprentissage vient de publier par voie de communiqué un rapport étoffé sur l’apprentissage virtuel au Canada. Il est intéressant de constater qu’on mentionne déjà qu’en 2007,  50 % des Canadiens de plus de 16 ans ont accédé à Internet de leur domicile à des fins d’éducation ou de formation ou pour effectuer un travail scolaire. On y répète aussi les avantages de cette forme d’apprentissage avec l’abolition des barrières géographiques, physiques (pas de limitation pour les personnes handicapées) ainsi que temporelles (on peut suivre la formation au moment opportun). Cela sert également les employés qui peuvent suivre une formation sur leurs lieux de travail, réduisant d’autant leurs déplacements et étant donc plus présents et plus efficaces dans leur emploi.

En lien avec les allocutions récemment prononcées par Mme Lyne Bouchard, vice-rectrice au Campus de Longueuil et aux technologies de l’information, il apparaît important de réfléchir sérieusement et maintenant à cette option.

Lancement du rapport sur l’apprentissage virtuel du Conseil canadien sur l’apprentissage

La conférence virtuelle: une voie d'avenir?
Exigences d'admission réduites vers le Cégep: au profit de l'étudiant?

Commentaires

  1. J’ajouterais un bémol ici: je ne suis pas tout à fait convaincu que le web soit maintenant plus accessible qu’il ne l’était il y a 5 ou même 10 ans, surtout auprès des personnes handicapées. Je me suis beaucoup intéressé à cet aspect par le passé, et malgré les progrès technologiques, je vois encore beaucoup de sites et d’outils en ligne d’usage commun et qui sont peu adaptés aux besoins des personnes ayant un handicap visuel, par exemple. Pourtant, il existe des normes à cet effet et il est techniquement possible de créer des sites web qui facilitent l’accès aux contenus.

    • Sylvie Hallé a écrit:

      C’est juste. Il y a eu dans les dernières années mise en marché de logiciels facilitant l’apprentissage des personnes hanidicapées visuelles. Mon commentaire initial allait davantage vers les personnes handicapées physiques qui doivent se déplacer en fauteuil roulant et pour qui aller suivre une formation à l’extérieur peut devenir très complexe, ne sachant pas toujours si des accès adaptés (rampe, ascenseur, portes assez larges, etc.) ont été prévues. Deux autres facteurs ne peuvent être non plus négligés : notre climat hivernal et la non-disponibilité des transports adaptés à certains moments de la journée si on ne dispose pas soi-même d’un véhicule. C’est pourquoi la possibilité de suivre des formations en ligne peut devenir la seule approche réaliste envisageable pour certaines personnes.

  2. Tout à fait d’accord avec toi Sylvie, en autant que les technologies utilisées en ligne facilitent bel et bien cet accès. Je ne voudrais pas reproduire en ligne les contraintes que l’on retrouve dans nos lieux physiques!

Exprimez-vous !

*